LE CHEMIN de FER –

QUARTIER

image30

image31

 image32

image33

image34

image35

image36

CHEMIN DE FER

image39

image41

image42

La Douane

Le train venant de Madrid arrive à Hendaye

le buffet

La gare d’Hendaye-Plage

image49

image50

image51

image52

image53

L’ouverture de la ligne de chemin de fer de Paris à Madrid a été le signal de la renaissance de cette petite localité qui, depuis les guerres du Premier Empire, n’avait fait que végéter. Non seulement les formalités de douane pour le passage des marchandises d’un pays à l’autre, mais aussi leur transbordement,conséquence de la différence de voiesen France et en Espagne, amenèrent beaucoup d’étrangers qui se fixèrent à Hendaye, en même temps qu’un nombre élevé

d’employés de chemin de fer. C’est alors que commença à se former le quartier dit de la gare.

A l’origine, c’est-à-dire en 1857 on ne savait pas encore ce que donneraient les chemins de fer. Beaucoup, parmi les personnes les plus éclairées, ne pensaient pas qu’ils dussent prendre une extension aussi considérable que celle qu’ils ont prise. Les résultats de l’expérience n’ont pas tardé à lever les doutes et à

montrer que la conséquence de ce nouveau mode de transport a été une véritable transformation de la vie sociale. Depuis cette époque, le trafic de la gare d’Hendaye a beaucoup varié

Le tonnage expédié par cette gare en 1913 a été de 199.000 tonnes ; celui de l’année 1932 a atteint 390.581 tonnes par suite de diverses circonstances et en particulier des suivantes. Ces dernières années, en raison de nouveaux tarifs douaniers et d’accords entre les compagnies de Chemins de fer, un très gros trafic d’oranges s’est créé entre l’Espagne, la France et certains pays du Nord qui en recevaient une petite quantité auparavant. Pour s’en faire une idée, il suffira de citer quelques chiffres concernant  l’année considérée, c’est-à-dire 1932. Il a été expédié d’Hendaye, venant d’Espagne, 32.000 wagons transportant 146.000 tonnes d’oranges et ayant rapporté aux compagnies françaises 42 millions de francs. On conçoit qu’un semblable trafic justifie l’emploi de beaucoup de monde. Le nombre des commissionnaires en douane, qui est  habituellement d’une cinquantaine, atteint 105 pendant la campagne  des oranges et chacun emploie une moyenne de trois commis.Le transbordement nécessite 60 équipes de manoeuvres à  hommes chacune, soit 300 personnes, sans compter les journaliers  permanents évalués à une centaine d’hommes. Le personnel fixe de la gare est de 300 hommes ; celui de la Douane de 120.  Il faut dire que tout ce monde n’habite pas Hendaye ; beaucoup vivent à Irun. On n’en peut pas moins évaluer à 600 ou 700 le  nombre de personnes dont la présence est justifiée par le trafic transitant par la gare d’Hendaye. On voit donc l’influence considérable que sa création a eue sur la renaissance de cette ville.'( N)

Cependant il ne faudrait pas conclure de ce qui précède qu’Hendaye n’a été une localité de transit que depuis la création du chemin de fer . Sa situation sur la frontière l’a mise en relations, à toutes les époques, avec les villes voisines de la France et de l’Espagne entre lesquelles elle servait d’intermédiaire.

Pont sur le chemin de fer sera détruit. lors la constuction de Zubi Etan

Fêtes du Centenaire

 

image57

Fête pour les cent ans

_________________

m hiribarren

Hendaye compte environ 617 habitants
1864
Mais, par-dessus tout, comme nous l’avons déjà dit, 1864 marque une date capitale dans l’histoire de Hendaye parce qu’elle est celle du prolongement jusqu’à la gare internationale de cette ville, de la ligne de chemin de fer Paris-Bayonne. Cet événement eut une répercussion considérable sur les vies économique et politique de la cité.
L’afflux de fonctionnaires (douanes, police, …), d’employés de la Cie de Chemin de Fer du Midi, l’implantation de nouveaux commerçants, qui devait normalement s’ensuivre, accrûrent la population à un rythme très rapide, la doublant en dix ans, la triplant en vingt ans. Cette invasion ne pouvait qu’altérer profondément le caractère du pays.
Les Basques furent submergés par cette vague d’étrangers à la région.
Aussi grand et amical que fût l’attachement que ces derniers marquèrent pour leur nouvelle petite patrie, il était fatal qu’ils eûssent, surtout dans les domaines politique et religieux, des réactions différentes de celles qui étaient inspirées par de vieilles traditions.
Le fait est particulièrement manifeste au cours des années suivantes.
Dans un registre des archives municipales nous trouvons la réconfortante vue qu’offrait Hendaye à la fin de la période traitée dans ce chapitre :
« On voit alors les ruines disparaître, les maisons s’élever, le commerce s’établir et la prospérité naître où naguère végétaient pariétaires (plantes, qui poussent dans les murs) et orties. On pourrait dire que la commune renaît de ses cendres comme le Phénix ! »
1865
Un château-observatoire, conçu par Viollet-le-Duc, commence à sortir de terre dans le lieu jusqu’alors connu comme Aragorry qui avait été acheté par le savant et voyageur Antoine d’Abbadie qui donnera son nom à ce lieu.

1865   Napoléon III et l’impératrice Eugénie Isabelle II et le roi Françoisd’Assise

pour l’ouverture officielle du chemin de fer sur la Bidassoa, échangent des visites les 9 et 11 septembre à Saint-Sébastien et Biarritz, où la chapelle N.-D. de la Guadeloupe est inaugurée au Palais.

Louis 1″ et la reine de Portugal font leur visite inaugurale le 10 octobre à Biarritz.

Napoléon et Eugénie avaient déjà visité Fontarabie sur le vapeur « Le Pélican » en septembre 1856, et l’île des Faisans les 18 août 1854 et 29 septembre 1861, avant et après la construction du monument commémoratif.

La Mairie  1865

image58

En 1865, fut construite une nouvelle mairie.
Depuis cette date, la nouvelle Mairie partage ses locaux avec l’école des garçons. Dans une salle de celle-ci était l’école de musique. En 1920 une nouvelle école sera construite au vieux fort.
La commune avait son territoire réduit à la surface occupée par le bourg et le bas quartier.

1865 – Conflits politico religieux

Le curé, le maire et son conseil municipal avaient unanimement demandé au Père Cestac, fondateur du Refuge d’Anglet, l’envoi de Servantes de Marie. Il en vint aussitôt trois, qui prirent en charge l’école des filles.
Tout alla très bien jusqu’au jour où le maire s’acharna à leur chercher noise et à demander leur départ sous les prétextes les plus fallacieux.
Il prétextait, par exemple, l’insuffisance de leur enseignement, ce à quoi l’inspecteur d’académie répondait que leur école était une des meilleures du département ! Mais il fut une force plus puissante et, en 1880, les Sœurs durent abandonner l’école communale.
L’opposition demeura vive, en particulier celle d’Antoine d’Abbadie, qui la manifestera encore huit ans plus tard.
Comme le conseil municipal lui avait rappelé qu’il ne tenait plus son engagement de verser, chaque année, un don de 100 f destiné à l’amortissement des intérêts d’un emprunt, il répondit : « ainsi je proteste contre la laïcisation de l’école; faites-moi un procès », ce dont on se garda bien ! Et l’on fit même très bien, car, sans davantage de rancune, Antoine d’Abbadie ajouta à ses bienfaits le cadeau d’une source dont la commune avait le plus grand besoin; en retour, celle-ci le gratifia du suprême honneur en son pouvoir traduit par la citation : « A bien mérité de la Ville de Hendaye. »
Quant aux familles chrétiennes, très attachées à la liberté de l’enseignement, elles firent les sacrifices nécessaires pour conserver les Soeurs. Dès la rentrée suivante, celles-ci ouvraient une école dans une maison louée, et en 1884, les familles pouvaient mettre à leur disposition une nouvelle construction qui leur permit d’ouvrir une école maternelle.(F)

Limites d’Urrugne, Hendaye, Biriatou

S’ils étaient avides d’accroître leur aire, c’est parce que les Hendayais pressentaient la fortune qui devait leur venir de la force d’attraction de la frontière, de la mer, ainsi que de la seule beauté du site.
Pour garder les Joncaux ils avaient beau jeu de pouvoir se référer à la donation de Louis XIV, d’autant plus que celle-ci leur accordait également l’exclusivité du droit de passage de la Bidassoa en face de l’hôpital Saint-Jacques.
Pour le reste, ils arguaient simplement du peu d’intérêt qu’apparemment la municipalité d’Urrugne portait au secteur de leurs environs (chemins mal entretenus, etc.).
Ils faisaient non moins valoir la peine qu’éprouvaient les gens du quartier de Subernoa pour se rendre à la mairie d’Urrugne, distante de 7 km, pour l’accomplissement des formalités et démarches auprès de leurs autorités officielles.
D’un autre côté, il est compréhensible qu’Urrugne, conservant la nostalgie d’une souveraineté qui, jusqu’au XVIIe siècle, s’étendait de la Nivelle à la Bidassoa, ait cherché à épuiser, jusqu’à leur extrême limite, toutes les ressources, tous les recours possibles auprès de la Justice.
Il est même naturel, et bien dans la manière paysanne, qu’après avoir perdu plusieurs procès et appels, la municipalité ait cherché un ultime refuge dans la force d’inertie, tardant, par exemple, au maximum, à accomplir les formalités administratives auxquelles la loi l’assujettissait !
1866 Le Conseil Municipal, pour mettre fin à certains abus, fixe le prix du passage de Caneta à Fontarabie sur le bac utilisé à cet effet.
1867 Au moment du décret consacrant cette augmentation cadastrale, les Hendayais du territoire et les nouveaux amenés par le chemin de fer sont plus de 900, autour d’une mairie neuve de 1865.
Agrandissement du territoire de la Commune de Hendaye. « Pour des raisons géographiques, religieuses, de police et de citoyenneté » la superficie comprise entre une ligne verticale qui partait de l’actuelle église Ste. Anne de la plage et rejoignait le boulevard de l’Empereur, la rue d’Irandatz et celle du commerce actuelles à la Gare et de celle-ci au Joncaux longeant la Bidassoa, cesse d’appartenir à Urrugne et devient hendayaise.
Agrandissement de la commune de Hendaye aux dépens d’Urrugne qui perd la plage, les terrains de la Gare et la rive qui va de la Gare à Béhobie.
Comme déjà dit, l’issue favorable d’un long procès avec Urrugne, en 1867, le gain d’une notable superficie, n’avaient pas apaisé la soif d’expansion de Hendaye.
1867, au terme de plusieurs procès et même d’une pétition, qui fut directement adressée par les habitants à l’Empereur, Napoléon III, Hendaye arrachait à Urrugne 195 hectares.
L’affaire commença en 1830 par une initiative du Service du Cadastre (Contributions Directes) qui, dans un but de simplification, et certainement aussi parce que considérant que ce bourg n’était plus que ruine, proposa que, de nouveau, Hendaye ainsi que les Joncaux soient rattachés à Urrugne.
A Urrugne comme à Hendaye l’unanimité se fit pour repousser cette velléité, du moins contre une fusion totale, Urrugne faisant remarquer que sa voisine constituait une paroisse distincte. L’Administration n’insista pas sur ce point, mais, en dépit de la vigoureuse réaction des Hendaiars, elle persista à vouloir inscrire les terres des Joncaux dans le cadastre d’Urrugne.
Dès lors, l’Administration se heurta jusqu’en 1867 à onze municipalités, affirmant toutes successivement avec une égale ténacité leur volonté absolue, non seulement de sauvegarder la plénitude du territoire communal, mais, plus encore, d’obtenir son extension.
Dès cette même année, le conseil municipal « plantait un jalon » pour obtenir davantage, c’est-à-dire le rattachement intégral des quartiers de Subernoa et de Santiago. Il y avait là, en effet, en particulier aux abords de la gare, une enclave appartenant à Urrugne et qui séparait même Hendaye de ses terres des Joncaux.
Au début sa réclamation se fait très douce :
« Non, Hendaye ne demande pas une annexion violente! Elle est comme une mère qui ne cherche pas de nouveaux enfants, mais qui est prête à accueillir ceux qui librement veulent venir à elle ! »
Et ses arguments ne manquent pas. Le plus fort est celui qui repose sur l’ancienne existence de la paroisse de Subernoa. Ainsi, en réclamant « la consécration administrative de ce qui existait religieusement », le conseil municipal ne fait rien d’autre que se conformer à la règle la plus antique, les paroisses ayant toujours présidé à l’institution des communes.
Hendaye plaide non moins la topographie, la difficulté éprouvée par les habitants de ce quartier de Subernoa pour se rendre à la mairie d’Urrugne, suivre les annonces légales, y accomplir les actes d’état civil, etc. Les employés de la gare sont particulièrement victimes de cet éloignement…
D’autres raisons se rapportent à l’avenir.
Tout éloigne d’Urrugne, est-il affirmé, et porte vers Hendaye les habitants de ces quartiers; ils en sont, en particulier, distraits par le nouveau courant commercial créé par la gare. Et le plaidoyer s’achève sur une vue de l’avenir : Hendaye, devenu station balnéaire florissante quand une bonne route aboutira à la plage : au reste, l’industrie y prospère depuis que les Hendayais ont retrouvé la recette de la fameuse eau-de-vie…
Suit l’argument de choc !
« Sa Majesté l’Empereur a donné 10 000 f pour la construction de cette route (celle qui part du château de Mr Antoine d’Abbadie et aboutit à la gare) et il semble vraiment que le Souverain en personne ait désigné du doigt aux habitants de ce quartier qu’ils devaient associer leurs destinées à celles des Hendayais. »
Ensuite, le ton de la plaidoirie devient plus aigu; Urrugne est accusé de ne pas veiller à l’entretien du chemin que M. A. d’Abbadie avait fait construire à ses frais, aboutissant au bourg de cette commune. Il n’est cependant d’intransigeance de la part de ces fins renards, qui veulent bien « accepter d’accorder aux habitants d’Urrugne toujours et à perpétuité toutes les facilités nécessaires pour allerchercher des engrais à la mer ». Ils n’avaient évidemment pas pu prévoir la valeur qui est aujourd’hui celle du varech dans l’emploi qu’en fait l’industrie.
Sans se lasser, à plusieurs reprises, au fil des ans, Hendaye réitère sa demande d’annexion, en dépit de la non moins constante obstruc­tion d’Urrugne, et quand il n’y eut plus d’Empire, c’est la République qu’elle implore en termes aussi émouvants et toujours avec le précieux soutien d’Antoine d’Abbadie.
Finalement, une fois encore, la victoire se porte à ses côtés; le décret du 14 octobre 1896 lui vaut le gain de 495 hectares. Ces der­niers couvraient les secteurs liés à son expansion ainsi qu’à sa fortune : au bord de la mer, la zone s’étendant de Sainte-Anne à la baie de Haiçabia, y compris donc le château d’Aragorry, propriété d’Abbadie, la plage dans toute sa longueur, au Sud la bande de terre s’étalant de la gare au cimetière de Béhobie, le long de la Bidassoa, sans aucune solution de continuité.
Bref, Hendaye cessait d’être hanté par le spectre d’Urrugne à ses portes, à 200 m de sa place publique et d’avoir à subir son voisinage au bord de la mer, jusqu’à Sainte-Anne. N’accuse-t-elle pas cette commune, en 1893, d’avoir loué une partie des dunes à un groupe de Hendayais « désireux de faire échec à l’établissement de bains de Hendaye et qui ont construit une baraque avec quelques cabines » ?
La ville trouvait ses limites actuelles, définitives (peut-être ?) et sa population atteignait 2 100 habitants
Il fallut bien pour Urrugne, en définitive, subir celle du 19 février 1867, qui consacrait le triomphe de la cause des Hendayais emportant un trophée de 195 ha. La surface de leur ville était portée à 228 ha; sa population à 918 habitants (gain de 180 ha).
Comme nous le verrons plus loin, cette défaite d’Urrugne ne fut pas sans lendemain, car, pour autant, Hendaye demeurait inassouvi !
Tirée du sein d’Urrugne en 1654 la commune de Hendaye vit sa croissance marquée par plusieurs dates :
⦁ en 1668, elle sort du premier âge; un cadeau royal accroît son espace vital;
⦁ de 1793 à 1814, temps de grande souffrance et de destruction;
⦁ en 1864, la création de la gare internationale donne à la vie de la cité une très nette impulsion;
⦁ en 1867, son territoire s’enrichit d’un important prélèvement sur la commune d’Urrugne;
⦁ en 1896, autre arrachement, qui, s’ajoutant aux terrains gagnés sur la mer, donne à la commune son importance actuelle, et peut-être définitive ?
⦁ l’étape finale vit naître son satellite, Hendaye-Plage.
1867 Comme déjà dit, l’issue favorable d’un long procès avec Urrugne, en 1867, le gain d’une notable superficie, n’avaient pas apaisé la soif d’expansion de Hendaye.

 

______________________

 Hendaye Plage

  ECHECS SUCCESSIFS DES PROMOTEURS  

Une première tentation leur vint, en 1861, d’aliéner le terrain de la baie de Chingoudy; elle leur fut offerte par un spéculateur aussitôt repoussé comme tel

 A ce dernier motif le Conseil municipal ajouta qu’il lui paraissait inopportun d’examiner une proposition quelconque, car « dans un avenir prochain, une concurrence s’établira évidemment pour l’acquisition de ce terrain et, alors seulement, il pourra y avoir des avantages réels pour la commune ».

Pour cette raison plusieurs demandes d’acquisition de parcelles situées sur les dunes sont refusées de 1862 à 1867.

Une seule exception : en 1862, la vente de 12 ares, à 30 f l’are, « sur les dunes de la côte près la ruine de l’ancienne chapelle Sainte-Anne pour y bâtir une maison et un jardin d’agrément, au profit de Mr Didelin, professeur de dessin à Aire ». Ce maître en prospective autant qu’en perspective s’inscrit certainement en tête des bâtisseurs des villas en bordure de la plage

———————————————————-

Un autre mouvement d’expansion de la population et d’activité des affaires se porta du côté de la plage. Jusqu’alors, tant parce que la pratique des bains de mer n’était pas répandue à cause des difficultés d’accès seul un étroit chemin longeant la baie de Chingoudy reliait le bourg aux dunes l’exploitation de la plage n’avait tenté personne. Et même après l’élargissement de ce chemin d’accès en 1869, personne n’osait encore se lancer dans une entreprise qui paraissait hasardeuse.

L’exploitation de la plage se résuma tout d’abord dans l’installation d’un établissement de bains

Hendaye à env 456 habitants

1860, la première idée lui vint d’endiguer la Bidassoa; à la vérité, elle lui fut suggérée par une lettre du Préfet, l’invitant « à s’inspirer de la pensée du Souverain de rendre productif les communaux incultes », dont le spectacle dut impressionner l’Empereur au cours de ses séjours à Biarritz et de ses nombreuses excursions dans notre région.

Le Conseil municipal alors délibère :« considérant qu’il existe dans la commune un terrain de plus d’un km de long sur 300 m de large (30 hect.) baigné par les mers et qui serait d’une prodigieuse fertilité s’il était conquis à l’agriculture en endiguant le chenal de la Bidassoa, considérant que ledit terrain avait attiré l’attention de l’Impératrice lors de sa visite en 1857 en demandant pourquoi on n’avait pas essayé de le livrer à l’agriculture,

les dispositions de ladite lettre impériale du 5 février 1860 fournissant les moyens de rendre ce sol productif, à défaut de ressources communales…

persuadé de l’immense avantage pécuniaire qu’en retirerait l’Etat et la commune,estime intéressant de faire étudier sérieusement cette question par MM. les Ingénieurs et la sollicitude de l’Administration.  

Ce projet ne tomba pas littéralement à l’eau ! faute d’être subventionné, il reprit forme bien plus tard, avec la grande différence qu’il entra dans le cadre de l’urbanisme et non plus de l’agriculture. 

Deux faits devaient lui imprimer cette nouvelle forme: ce furent, d’abord, la vocation, s’affermissant, de Hendaye station balnéaire, puis la création de la ligne de chemin de fer Paris-Irun avec une gare internationale à Hendaye.

 

Ce que nous appelons aujourd’hui la plage, son boulevard ainsi qu’une zone atteignant une profondeur de 300 m environ, tout cela constituait alors « les dunes », que l’Etat conseillait de couvrir de plantations; de ces dernières il ne reste plus que de-ci de-là quelques genêts.

 

Mais les Hendayais ne s’attardèrent pas dans cette orientation. Ils préférèrent et l’avenir leur donna combien raison ! miser sur l’attraction de la mer et se préparer à recevoir les baigneurs, à l’exemple des autres plages de la Côte.

 

C’est à partir de 1854 que, sur la Côte, grandit l’affluence des baigneurs et des touristes, entraînés par l’exemple que leur offrirent l’Empereur et l’Impératrice.

 

Bien avant son mariage, alors qu’elle n’avait que 24 ans, Eugénie de Montijo était venue, en 1850, avec toute sa famille, séjourner, l’été, à Biarritz déjà centre d’attraction de la grande société espagnole.

 

Mariée en 1853, dès l’année suivante elle y revint régulièrement avec Napoléon III, même au cours de cette année,

 

Le pont du chemin de fer est construit sur l’ancien passage de Santiago en 1864.

 

La route provinciale d’Irun à Fontarabie, construite en 1865, est com­plétée par la route communale de Fontarabie à la Guadeloupe en 1885.

 

A Hendaye, le chemin de Belcénia à Ondarraïtz élargi en 1869 est repris en 1887 par le pont de Belcénia et le boulevard de la plage avec 600 mètres de digue de mer.

1862Avant le jugement du tribunal d’arrondissement de Bayonne rendant à

Hendaye les Joncaux retenus par Urrugne, et lui ajoutant tous les terrains

 d’alluvions jusqu’à la mer, la commune compte plus de 600 habitants. La cour d’appel départementale des Basses-Pyrénées confirme..

1863  Le premier train direction France-Irun arrive à Hendaye le 22 octobre 1863, et le premier train Madrid-Paris arrive à Hendaye le 15 août 1864

Hendaye à env 617 habitants

1864   Mais, par-dessus tout, comme nous l’avons déjà dit, 1864 marque une date capitale dans l’histoire de Hendaye parce qu’elle est celle du prolongement jusqu’à la gare internationale de cette ville de la ligne de chemin de fer Paris-Bayonne. Cet événement eut une répercussion considérable sur les vies économique et politique de la cité.

L’afflux de fonctionnaires (douanes, police, etc.), d’employés de la C » de Chemin de Fer du Midi, l’implantation de nouveaux commerçants, qui devait normalement s’ensuivre, accrûrent la population à un rythme très rapide, la doublant en dix ans, la triplant en vingt ans. Cette invasion ne pouvait qu’altérer profondément le caractère du pays. 

 Les Basques furent submergés par cette vague d’étrangers à la région.

 Aussi grand et amical que fût l’attachement que ces derniers marquèrent pour leur nouvelle petite patrie, il était fatal qu’ils eûssent, surtout dans les domaines politique et religieux, des réactions différentes de celles qui étaient inspirées par de vieilles traditions 

 Le fait est particulièrement manifeste au cours des années suivantes. 

Dans un registre des archives municipales nous trouvons la réconfortante vue qu’offrait Hendaye à la fin de la période traitée dans ce chapitre :

« On voit alors les ruines disparaître, les maisons s’élever, le commerce s’établir et la prospérité naître où naguère végétaient pariétaires (plantes, qui poussent dans les murs) et orties. On pourrait dire que la commune renaît de ses cendres comme le Phénix ! »___ 

____________________

image60

jb dantin

 

1868  Isabelle II d’Espagne quitte Saint-Sébastien pour s’exiler en France le 30 septembre.

1869. La construction d’un chemin de Belzenia à Ondarraitz, est proposée par la mairie pour concurrencer la plage de Saint Jean de Luz

Retour au    SOMMAIRE         ou       CONTINUER      

___________________________

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *