CHÂTEAU D’ABBADIE

ABBADIA

Château d’Abbadie

 

Reportage fait par TVPI

La popularité de la devise Zazpiak Bat lui est attribuée

                      

                       Un savant basque, né à Dublin en 1810, Antoine d’Abbadie, après une vie errante et laborieuse qu’il avait consacrée  à l’étude des problèmes géographiques et ethnologiques, notamment pendant son séjour en Ethiopie, fit construire, sur les plans de Viollet le-Duc, un château où la fantaisie du propriétaire mêlait à l’architecture du XVè siècle les souvenirs des habitants et de la faune de l’Afrique. Napoléon III qui, à la suite de son équipée de Strasbourg et de son expulsion, avait été le compagnon de voyage d’Antoine d’Abbadie au Brésil, lui avait promis de poser la dernière pierre du château. Le désastre de Sedan ne permit pas la réalisation de ce projet et l’emplacement de la pierre est resté vacant au balcon d’une des fenêtres de l’Observatoire.

 Antoine d’Abbadie mourut sans postérité en 1897. Son œuvre scientifique a été continuée par l’Institut, à qui il avait légué son domaine et qui a consacré l’Observatoire à l’exécution d’un catalogue astronomique.

Si Napoléon III n’eut pas le temps de venir à Abbadia, Hendaye avait eu en 1857 la visite de l’Impératrice Eugénie. La souveraine fut moins sensible à la beauté du site qu’à la vue des blessures dont le bourg portait encore de nombreuses traces, après plus de soixante ans. Cependant, Hendaye allait bientôt connaître un nouvel essor, plus important que celui qu’elle avait reçu sous l’Ancien Régime.

Mais, si Hendaye est plutôt pauvre en monuments, on peut dire que la qualité compense la quantité. C’est bien le cas en     effet du château d’Abbadia, situé à l’origine de la pointe       Sainte-Anne. Bien que de construction relativement récente, c’est un superbe édifice qui ajoute encore à la beauté du magnifique décor qui l’entoure.

Son premier propriétaire, M. Antoine d’Abbadie d’Arrast,était basque, originaire d’Arrast, en pays de Soule. Passionné pour l’étude des sciences, il se fit remarquer, de bonne heure,par ses connaissances multiples qui lui valurent, à plusieurs reprises, des missions dans les pays d’outre-mer. Il les remplit avec un succès qui le désigna comme une des personnalités les plus en vue du monde savant et ne fut pas étranger à sa nomination

de membre de l’Institut, en 1867.Parmi ses nombreuses expéditions, il faut surtout mentionner celle qui le conduisit en Abyssinie, en 1836. Il y fit un séjour dequinze ans coupé par quelques voyages en France et ailleurs et, pendant ce temps, il explora le pays comme il ne l’avait jamais été par des Européens. Le Négus le combla de biens  et

lorsqu’il revint en France, il rapporta une foule d’objets et de documents précieux parmi lesquels une collection de parchemins les plus rares, aujourd’hui dans la bibliothèque de l’Institut à Paris.

Revenu en France, en 1865, à l’âge de 55 ans, M. d’Abbadie renonça aux grands voyages et c’est alors qu’il acheta de grandes étendues de terrains, au nord d’Hendaye et qu’il commença la construction du château d’Abbadia. Il ne quitta plus cette belle résidence jusqu’à sa mort survenue en 1897 et il s’y consacr aà des travaux sur l’Astronomie et la Physique du Globe.

 

Aussi, lorsque, vers 1880, sur l’initiative de l’amiral Mouchez,alors chef du bureau des longitudes, un accord fut intervenu entre les puissances pour l’établissement de la carte du ciel, il accueillit cette décision avec enthousiasme et il donna à l’Institut son château pour être affecté à un observatoire qui participerait à ce travail. Depuis lors, Abbadia est devenu une sorte de sanctuaire de la science où l’on vit, c’est le cas de le dire, dans le ciel étoilé. Tandis qu’à quelques centaines de mètres,dans les nouveaux quartiers d’Hendaye, on ne songe qu’aux distractions et au plaisir, là-haut, par les nuits sereines et dansle calme le plus absolu, des jeunes gens procèdent à la détermination de coordonées d’étoiles, sous la surveillance d’un ecclésiastique aussi modeste que distingué, M. l’abbé Calot, directeurde l’observatoire. Mais, à l’exception de trois grandes salles affectées aux instrumentset au personnel, le château d’Abbadia a été conservé

tel qu’il était du temps de ses propriétaires. M. d’Abbadie quin’était pas seulement un savant, mais aussi un homme de goût,passait le temps qu’il ne consacrait pas à la science, à orner et àembellir sa résidence. Aussi en a-t-il fait un véritable musée. Il

n’est pas une pièce, un panneau, un meuble, un objet qui ne soit une oeuvre d’art et n’attire l’attention. Chaque salle a son caractère individuel (Arabe, Allemande, Irlandaise, Abyssine, etc…) et partout ce sont des proverbes ou des sentences morales, empruntées

au folklore de chaque pays, inscrits sur les murs ougravés dans le bois.A l’extérieur, sur la porte d’entrée, c’est un vers anglais qui accueille le visiteur : « Cent mille bienvenues »

.Dans le vestibule on peut lire quatre vers latins sur le même sujet.

 Dans un charmant petit salon d’attente, on lit ces proverbes arabes : « L’aiguille habille tout le monde et reste nue »,

« Reste avec Dieu et il restera avec toi », « Dieu, quoique bon ouvrier,veut compagnon de travail ».

Sur un vitrail du vestibule « Plus estre que paraistre ».

Dans la bibliothèque : « Tout buisson fait ombre »,

et « ilsuffit d’un fou pour jeter une grosse pierre dans un puits ; il faut six sages pour l’en retirer ».

Sur chaque cheminée il y a une inscription relative au feu, telle que celle-ci : « Je réchauffe, je brûle, je tue » ;

et cette autre, beaucoup plus poétique : « Que votre âme soit semblable à la flamme ; qu’elle monte vers le ciel ».

Dans la salle à manger, toute tendue de cuir, chaque siège porte une syllabe abyssine et, lorsqu’elles sont toutes réunies, cessyllabes forment la phrase suivante : «Dieu veuille qu’il n’y ait aucun traître autour de cette table ».

Sur un mur de la même pièce : « Les larmes sont l’éloquence du pauvre ».

Dans la chambre d’honneur l’inscription suivante entoure le lit : « Doux sommeil, songes dorés à qui repose céans ; joyeux réveil ; matinée propice ».

Dans une autre pièce, on peut lire quatre vers empruntés à Schiller : « Triple est la marche du temps, hésitante, mystérieuse : l’avenir vient vers nous ; rapide comme la flèche, le présents’enfuit ; éternel, immuable, le passé demeure ».

Nous terminerons cette énumération, déjà peut-être un peu longue, en signalant les peintures murales du vestibule et del’escalier. Ce sont des scènes de la vie abyssine. L’une représente un chef faisant un discours dont il désigne la ponctuationpar des coups de fouet. Un certain nombre de coupscorrespondent

au point, aux virgules, etc… Dans une autre, on voit une école où le maître, un gros Abyssin,à la figure rébarbative, est accompagné d’un esclave tenant un martinet dont il menace les élèves. Ceux-ci sont attachés à leur banc avec de grosses chaînes afin de les obliger à se tenir tranquilles et éviter qu’ils ne fassent l’école buissonnière.

On comprend, d’après ces exemples, que l’intérieur du château d’Abbadia soit bien en harmonie avec l’extérieur.

1869
A Hendaye, le chemin de Belcénia à Ondarraïtz élargi en 1869 est repris en 1887 par le pont de Belcénia et le boulevard de la plage avec 600 mètres de digue de mer.

JB DANTIN+

_______________________________________________________________

Retour au     SOMMAIRE     ou          CONTINUER

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx