1914- 1918 1ère GUERRE MONDIALE

guerre mondial 1

Les CONCRITS

Les  EVENEMENTS

La Première guerre mondiale est un conflit militaire qui s’est principalement déroulé en Europe de 1914 à 1918 Considérée comme un des évènements marquants du XX° siècle, cette guerre parfois qualifiée de totale a atteint une échelle et une intensité inconnues jusqu’alors
Elle a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de morts et causé plus de destructions matérielles que toute autre guerre antérieure. Plus de 60 millions de soldats y ont pris part. Pendant cette guerre, environ 9 millions de personnes sont mortes, et environ 20 millions ont été blessées.

La Première Guerre mondiale est un conflit militaire européen
Cette guerre parfois qualifiée de totale a atteint une échelle et une intensité inconnues jusqu’alors. Elle a impliqué plus de soldat ,provoqué plus de morts et causé plus de destructions matérielles que toute autre guerre antérieure. Plus de soixante millions de soldats y ont pris part . Pendant cette guerre, environ neuf millions de personnes sont mortes, environ vingt millions ont été blessées , et les populations ont vécu une grande détresse
Pour toutes ces raisons, cette époque a marqué profondément ceux qui l’ont vécue.

Cette guerre entraîna de nombreux changements géopolitiques qui ont profondément modifié le cours du XXe siècle. Elle a causé l’effondrement des empires . L’Empire Allemand a disparu, et l’Allemagne a vu son territoire réduit.
En conséquence, les frontières européennes et du Proche Orient ont été redessinées.
La cause qui provoqua la guerre survint le 28 juin 1914 lorsqu’un jeune nationaliste Serbe de Bosnie , Princip parvint à assassiner l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, et son épouse. Les exigences de vengeance de l’Autriche-Hongrie (fortement encouragée par l’Allemagne) à l’encontre de la Serbie menèrent à l’activation d’une série d’alliances qui obligèrent plusieurs puissances européennes à s’engager sur la voie de la guerre. Plusieurs de ces nations étaient à la tête d’empires s’étendant sur plusieurs continents, ce qui explique la portée mondiale du conflit.
Cette guerre fut surtout le fait de deux grandes alliances
La première était était composée de la France, du Royaume-Uni , de la Russie, de la Belgique , des empires qu’elles contrôlaient en tant que grandes puissances coloniales. , de l’Italie, en avril 1915 Roumanie en 1916, des Etats Unis en 1917
La seconde par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie , La Turquie et la Bulgarie le Japon qui rejoignit la coalition en août 1914. La Turquie les rejoignit en octobre 1914, suivi un an plus tard de la Bulgarie, ,

_______________________________________________________

Si la Première Guerre mondiale est déclenchée par l’assassinat à Sérajevo de l’Archiduc François-Ferdinand,héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de son épouse, cet évènement ne fait que pousser au paroxysme des tensions issues de contentieux antérieurs (rivalités stratégiques, politiques, économiques et coloniales). Cette guerre a été « préparée », elle a des origines profondes qui doivent s’analyser sur la longue durée. L’historien André Loez évoque ainsi le rôle des « rivalités économiques et coloniales »
On compte parmi les raisons structurelles un nationalisme fort, la montée des impérialismes, et les volontés expansionnistes qui y sont associées, comme l’ irredentisme italien, des conflits précédents non résolus ( revanchisme ) après la perte de l’Alsace-Lorraine par la France, guerres balkaniques, auxquelles s’ajoutent des rivalités économiques, un système d’alliances militaires complexe développé entre les différents pays européens au cours du XIXe siècle après la défaite Napoleonienne de 1815 le le Congrès de Vienne qui s’en est suivi et l’indépendance belge de 1830 entraînant la France et l’Angleterre à se porter garantes de celle-ci.
Des malentendus diplomatiques s’ensuivirent, l’Allemagne pensant notamment que le Royaume- Uni resterait neutre devant l’invasion de la Belgique. Le climat de tension régnant avait poussé les grandes puissances européennes à une ,course aux armements et chaque état-major s’était activement préparé au conflit.

L’attentat de Sarajevo déclenche ce que l’historien Jean-Béaptiste Duroselle appelle un « mécanisme » qui entraîne presque malgré eux les protagonistes vers une .guerre totale Pour certains historiens comme Fritz Fischer, la guerre avait été souhaitée et planifiée par les dirigeants allemands, notamment par le grand état-major. En tout cas, à l’été 1914, l’Allemagne était le seul pays qui fût prêt à mener une guerre moderne de grande ampleur. Tous les autres pays ont été pris au dépourvu. Ce qui réduit à néant les théories cherchant dans un « complot » la cause de la guerre. L’historien Christopher Clarke la décrit essentiellement comme une perte de contrôle de la tension internationale par les hommes d’État : il rejoint Duroselle sur le concept de « mécanisme » échappant au contrôle politique, mais souligne l’effervescence belliqueuse de la Serbie, la partialité de la Russie en faveur de cette dernière, et le désir de l’état-major allemand de déclencher rapidement une guerre avant d’être dépassé par la Russie

 

———————————–

image210

Ossuaire  de Douaumont: chaque mètre carré a vu son explosion
Le 1er Août 1914 les cloches de l’Eglise Saint Vincent annoncèrent la mobilisation générale.: 900 habitants hendayais furent concernés par cet appel. Des hommes jeunes et valides laissant derrière eux des femmes , des enfants et des vieillards.
Le soir les 2 harmonies hendayaises parcourent lrs rues de la ville, jouant « la Marseillaise « 
Le 3 Août la guerre éclata.Ses répercussions se firent immédiatement sentir sur la frontière. Elle fut fermée, et tout trafic entre les deux Etats suspendu.Les habitants d’Irun furent très affectés. et pressentaient la tragédie qui allait suivre.Ils reganièrent leur pays. Les contingents des appelés de Hendaye se succédaient à la gare, ou ils étaient salués par l’Harmonie et leurs parents. Le rythme des partants s’accélera avec une telle rapidité qu’il ne resta plus de musiciens pour former une harmonie.A partir du trente Août 1914 arrivèrent les premier blessés de guerre Ils furent répartis dans tous les hôtels , et aussi au Casino.
En 1916 la population manqua de pommes de terre On loua 5 ou 6 hectares aux Joncaux d’Espagne, le Chateau d’Abbadie offrit 40 hectares, et la Mairie fit défricher un hectare au Vieux Fort.
La municipalité d’Irun et la presque totalité de sa population étaient favorables aux Français. De très bons raports existaient entre les deux villes voisines. Les habitants . d’Irun aidaient, par des dons en nature et par le fruit de quêtes, leurs amis Hendayais éprouvés .-Qui aurait pu penser que 22 ans plus tard, nous rendriont presque la pareille à nos amis qui fuiront la guerre de Franco.
Le Maire d’Irun Léon Iruretagoyena se distinga par son dévouement et par les services rendus aux alliés
Fin de la guerre. l’armistice
Enfin le cauchemar fût fini.
Le lundi 11 novembre, à 5 heures vingt du matin, l’armistice est signé .A 11 heures cesse tout combat..Les cloches de Hendaye retentirent joyeuses, pour annoncer la bonne nouvelle, et dans l’enthousiasme, dans les deux villes frontalières, fut délirant. La Mairie d’Irun invita tous les habitants de la ville à se rendre à Hendaye. Le Conseil Municipal d’Irun, au complet, drapeau et fanfare en tête, se dirigea en cortège vers Hendaye pour s’associer à la joie de ses voisins. La fête dura pour tous,plusieurs jours,, et la fanfare d’Irun, la popular, anima les quartiers de Béhobie et de Biriatou. Le dimanche qui suivit l’armisrice, la Mairie offrit offrit un banquet au conseil mun icipal d’Hendaye, en signe de confraternité, en vertu des liens étroits les unissants.Sur la place de la République furent inprovisés des bals où toute la population se rendit.
Dire que la joie fut complète, c’est oublier les cinq années d’angoisse d’une femme ou d’une mère,dans l’attente du soldat et plus encore du prisonnier ou du disparu, , le deuil d’un enfant.. 98 noms manquaient au rendez vous.
.Sur le balcon de la Mairie d’Irun, furent hissés les deuux drapeaux, espagnol et français. Plus de 300 personnes prir. ent part à ce repas,. le docteur Camino, maire de Hendaye, remercia, très ému, la ville de Irun et son Conseil, de leurs preuves de cordiale amitié.Le gouvernemennt français accorda la Croix de la Légion d’Honneur, en 1920 au maire d’Irun Don Léon Iruretagoyena, pour cause des services rendus à la France.
En novembre 1919, le conseil municipal décréta la construction dun Monument aux morts pour la patrie.Il en est abondament écrit dans Oroitza.
Irun partipa aux frais, La souscription ouverte rapporta la spmme de 1700 francs.

image211

 

Monument aux morts de Hendaye

Sculpteur : Ducering   Monument inauguré le 7 décembre 1921

Le groupe sculptural, devant un hémicycle architectural, représente la France, tenant sur ses genoux un poilu expirant.  Une souscription organisée par la ville frontalière espagnole d’Irun, voulant participer à l’édification du monument, a rapporté la somme de 1700 F

récit souvenir


L’anniversaire de la victoire sur les Allemands et le devoir de mémoire pour les poilus qui avaient donné leur vie au service de la patrie, en France ou dans les  terres étrangères était une cérémonie très importante à l’époque.La guerre
était terminée mais le souvenir en était toujours présent, , l’hécatombe avait était lourde   et presque toutes les familles  avaient eu un fils ou un parent, qui reposait sur les terres des combats.
Après la messe, devant la Mairie, se regroupaient les élus  , les personnalités locales , une foule importante d’Hendayais, l’Harmonie municipale au grand  complet
Au son de la marche funèbre de Chopin, tout ce monde, Maîre en tête descendait la rue du Port , puis prenait le Boulevard de la plage. Arrivés au  Vieux fort le Maire faisait une allocution , toujours émouvante, puis les élèves des écoles  intervenaient,  l’un disait le nom du soldat , un autre disait :  » Mort pour la France   » dans un recueillement général .
Puis une Chorale des écoles entonnait un hymne qui avait été dûment préparé, et l’harmonie municipale cloturait la cérémonie. par la Marseillaise.
Au fil du temps, avec la mort des principaux intéressés,  la cérémonie a perdu de sa solennité, mais demeure toujours pour rappeler les sacrifices  de toutes les guerres .,

la villa Mauresque transformée en maison de soins

__________________________________________________________

 

Extrait de Citation à l’ordre du Régiment

224 R.A.C Ordre n° 84 du 14 août 1918    Le Lieutenant Colonel Lesueur commandant le 224 RAC cite à l’ordre du régiment

ARGOITIA Prosper matricule 6945 classe 1911 2C Infirmier 2715

 » Infirmier d’élite. D’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A montré durant la nuit du 13 au 14 Août, beaucoup d’abnégation et de sang froid en se pôrtant au secours des blessé et en relevant les morts,  malgré un violent bombardement des obus de gros calibre ! ( déjà cité ).

Le Lieutenant Colonel Lesueur cdt le 224 

signé Lesueur

Extrait certifié conforme le 7/8/1919 Le chef d’Escadron Chanel

ruban croix de guerre

__________________________________________

La Ville réitère sa demande de liaisons téléphoniques directes avec Bayonne et Irun.

1914-1918. Les hôtels et l’Hôpital Marin accueillent les blessés et les refugiés de

 la grande guerre.

1914-1918 : Dès les premiers jours de septembre 1914, la ville, où tous les partis fraternisent, s’organise pour recevoir et soigner les blessés; des hôpitaux temporaires sont ouverts dans la villa Marie, la villa Perla ainsi que dans le Casino, qu’offrent leurs propriétaires respectifs.

Plus de 50 réfugiés belges sont installés dans des maisons particulières. En 1916, des prisonniers alsaciens sont mis à la disposition des cultivateurs.

1915. Un pont sur la Bidassoa permet enfin le transit routier entre les deux pays; piétonnier jusqu’en 1917 des véhicules à partir de cette année. La moitié espagnole du pont étant propriété d’Irun il fallait payer un péage pour l’utiliser.

1915: Le bâtiment des Douanes est édifié à l’extrémité du pont international. En cours de construction, ce dernier ouvrage, intégralement dû à la Municipalité d’Irun, fut achevé l’année suivante.

1917 : En raison des événements vécus par la France en 1916, nos amis Espagnols en retardèrent l’inauguration jusqu’au 1″ février de cette année 1917 et firent généreusement le don à notre pays de la moitié du pont, dont la construction eut normalement dû lui incomber; ils ne nous laissaient que la charge d’entretenir cette partie.

Ainsi, Hendaye cessait d’être tributaire de bateliers ou d’un bac et, dorénavant, communiquait au-delà de la Bidassoa avec Irun accueillant en sa magnifique avenue « de Francia ».

1917 : La concession du tramway (ligne Casino-Gare) est transférée à une filiale — V.F.D.M. — de la Cie du Midi. Les rails du tramway de la ligne exploitée par cette filiale, le long de la corniche, de Saint-Jean-de-Luz à Hendaye, sont enlevés et envoyés aux aciéries travaillant pour la Défense Nationale.

1918. L’armistice est célébré à Hendaye avec la participation des habitants d’Irun, Leon Iruretagoyena, leur maire, en tête. L’aide apportée par Mr Iruretagoyena aux refugiés lui vaudra d’être décoré de la Légion d’Honneur.

1914-1918 : Dès les premiers jours de septembre 1914, la ville, où tous les partis fraternisent, s’organise pour recevoir et soigner les blessés; des hôpitaux temporaires sont ouverts dans la villa Marie, la villa Perla ainsi que dans le Casino, qu’offrent leurs propriétaires respectifs.

Plus de 50 réfugiés belges sont installés dans des maisons particulières. En 1916, des prisonniers alsaciens sont mis à la disposition des cultivateurs.


Retour                   ou                   Suite

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *