1615 ILE Des FAISANS mariages PRINCIERS

ILE DES FAISANS

 MARIAGES PRINCIERS

————

 Voici dans quelles circonstances se fit l’échange des deux princesses .

Il existait, dans la Bidassoa, à proximité du lieu où l’on construisit plus tard le pont de Béhobie, une petite île, à peu près à égale distance, à cette époque, de la rive française et de la rive espagnole.

 On l’appelait primitivement “ île des cygnes ”, puis“ île de l’hôpital ”, lorsqu’elle devint la possession du prieuré de Subernoa. Plus tard elle prit le nom “ d’île de la Conférence ”après le mariage de Louis XIV, et enfin celui “ d’île des Faisans ”sous lequel elle est surtout désignée de nos jours

.Depuis longtemps cette île était considérée comme un terrai neutre entre la France et l’Espagne et c’est là que se réunissaient les délégués des deux nations, quand ils avaient à régler des questions de frontière.

C’est sans doute pour cette raison que cet endroit fut choisi pour l’entrevue et l’échange des deux reines.

Un pavillon avait été aménagé dans l’île ; deux autres, exactement semblables, sur les deux rives du fleuve sur lesquelles étaient rangées les troupes et de nombreux musiciens

.Les deux reines arrivèrent en même temps, l’une de Saint-Jeande-Luz, l’autre de Fontarabie.

 Les barques qui devaient servir à la traversée du fleuve étaient au pied de chaque pavillon, gardée spar des soldats et montées par des marins revêtus de costumes uniformes.

 A son arrivée, Anne d’Autriche, donnant la main au duc d’Uceda s’embarqua en même temps que Madame, accompagnée du duc de Guise qui, lui aussi, la tenant par la main, prenait place, de l’autre côté du fleuve dans l’autre barque, semblable à la première.

 Les deux barques atteignaient l’île un instant après et les deux reines entraient, en même temps, dans la salle de l’entrevue.

Le cérémonial, minutieusement réglé à l’avance, comportait un discours du duc de Lerma, au nom du roi d’Espagne, et une réponse du duc de Guise pour le roi de France.

 Puis les deux reines s’étant embrassées, chacune entra dans son nouveau royaume, au son des vivats poussés par les troupes, des accords des musiques et des coups de canons qui remplissaient de leurs échos la vallée généralement si tranquille de la Bidassoa. sur la frontière de troupes espagnoles destinées à être envoyées sur divers théâtres d’opérations de guerre, troubla bien souvent le repos des Hendayais jusqu’au jour où la paix de Vervins (1598) leur assura une période relativement longue de tranquillité.  (N)

image17

image18

————————————-

Relations entre Hendaye et Fontarabie entre 1615 et 1617

1615 Le capitaine général s’installe en permanence à Saint-Sébastien, et laisse un alcalde commander à Fontarabie où le périmètre est refermé à l’est par les ouvrages de l’Estacade, de Notre-Dame et de los Cestones. Au XVIII’ siècle l’alcaïde prendra le titre de Gouverneur.

 

1617 Juan Sanz de Aldumbe, prévôt de Fontarabie, débordant sur la rive Hendayaise à la poursuite d’un meurtrier, est saisi avec sa barre de justice le 17 janvier, sa suite emprisonnée avec lui et sa barque brûlée.

Un poteau-frontière en pin est planté au milieu de l’eau, que les Espagnols viennent brûler le 19 janvier après avoir saisi 3 navires et emprisonné des marins d’Hendaye. Le 14 novembre ils reviennent brûler un poteau replanté, remplacé par un troisième le 29.

A la suite d’un échange manqué le 2 mai 1617, les prisonniers français s’évadent le 24 février 1618, les Espagnols sauf un le 27 septembre 1619. L’affaire est liquidée en novembre 1620 par la restitution du dernier espagnol et des 3 navires d’Hendaye où des préparatifs de fortifications ont été faits

1617 On note trois navires hendayais dans la baie, en partance en janvier pour Terre Neuve où les Basques avaient monopolisé la morue après les baleines.

Ces voiliers, armés au Labourd et désarmés à Passages bien souvent, pouvaient avoir jusqu’à 50 hommes d’équipage franco-espagnol, pour quel­ques cents tonneaux, les barques citées en 1663 et les pataches en 1667 dans les sentences, étant des caboteurs plus petits.

Fontarabie est au premier rang des Basques tant pour ce cabotage cantabrique dont elle avait le monopole d’origine avec Saint-Sebastien, que pour les navires de Flandre ramenant toiles et draps, ou encore la grande pêche, outre une flottille de mer comptant 19 chaloupes, pinasses réduites de moitié environ

.La première fois qu’Aragorri est mentionné dans des documents historiques remonte  à 1617. ( Archives de Fontarrabie )

_______________________________

Jean Aragorri et jean d’Harismendi dit  » Olasso « , armateurs de trois navires de 160 tonneaux, montés par 150 marins de Hendaye et des environs, pour la pêche de la morue et de la baleine à Terre Neuve et en Norvège. Ils savaient signer de leur propre écritures.

Jean d’Aragorri occupait une importante situation dans la localité, en tant que propriétaires de navires, associé d’un tiers  avec d’Harismendi.

______________________________

Retour au    SOMMAIRE          SUITE                 

____________________________________________________