Les GRANDES INVASIONS

LES GRANDES INVASIONS

celles qui sont passées par Hendaye

Les mouvements migratoires du IIe au Ve siècle

406  Commencement des Invasions des Barbares.

Les Burgondes (venus du bassin de la Wartha) (Allemagne), puis les Francs (venus d’entre Weser, Main et Rhin) pénètrent successivement par petites bandes armées, dans la Gaule romaine.

 Après eux viennent les Wisigoths (originaires des bords du Danube).

406 à 409  Orose, historien et théologien de Tarragone mort en 418, restitue quelques scènes de dévastation : «  Les peuples des Alains, mais aussi des Suèves des Vandales et bien d’autres  avec eux, piétinèrent les Francs, traversèrent le Rhin, envahirent les Gaules, et, progressant d’un seul trait, atteignirent les Pyrenées.

Prosper d’Aquitaine raconte « 

Celui qui labourait la terre avec cent boeufs il n’y a pas si longtemps a du mal à trouver une paire de boeufs.

 Celui qui circulait en ville dans des chars magnifiques, n’a plus que ses pauvres pieds fatigués pour rentrer dans sa demeure rurale vide. (…) La paix a déserté la terre et vous voyez que c’est la fin de tout. » »

 P.Courteault dans son Histoire de la Gascogne  et du Béarn, nous parle d’une célèbre lettre de saint Jérôme qui décrit l’invasion des Vandales, Alains et Suèves, qui en 406 s’étendit à l’Aquitaine et à la Novempopulanie, – se dirigeant vers l’Espagne- qui furent ravagées

les villes closes furent seules épargnées. Ces invasions ruinèrent les provinces :

 << Nos bestiaux, nos fruits, nos grains, nous ont été ravis ; nos vignes, nos oliviers détruits; nos maisons des champs ruinées; à peine reste-t-il quelque chose dans les campagnes… Les barbares n’ont épargné ni la faiblesse de l’âge ni celle du sexe. Les hommes et les enfants, le bas peuple et les plus puissants, tous ont été indistinctement frappés par le glaive.

 Ils ont brûlé les églises , pillé les vases sacrés. Ils n’ont respecté ni la sainteté des vierges ni la pitié des veuves… les évèques ont souffert les mêmes épreuves que les fidèles : ils ont été enchainés , fustigés , brûlés.>> 

Les populations furent aussi affectées par des soulèvement de  » bagaudes  »Les bagaudes  étaient, sous l’empire romain du 3 ème et du 4 ème siècle, le nom donné aux bandes armées de brigands, de soldats déserteurs, d’esclaves en fuite et de paysans sans terre qui rançonnaient   pour survivre. Les révoltes bagaudes reprendront au  4 ème siècle, lors des invasions germaniques en Gaule et en Espagne.Les ravages exercés sur la population rurale et urbaine, et l’anarchie développée par le recul de l’autorité impériale, parfois remplacée par celles des dominateurs barbares.,seront considérables.

Elles se termineront vers l’an 600                                                                                         (A)

—————————————————

L’arrivée des Mérovingiens, des Francs, et des Carolingiens

MEROVINGIENS  

428/ 750       338 ans de pouvoir

sont la dynastie qui régna sur une très grande partie de la France et de la   Belgique actuelles, ainsi que sur une partie de l’ Allemagne et de la Suisse du  5e  jusqu’au milieu du VIII°siècle.

Cette lignée est issue des peuples de  Francs Saliens qui étaient établis au Ve siècle dans les régions de Cambrai et de Tournai en Belgique ( Childeric Ier . L’histoire des Mérovingiens est marquée par l’émergence d’une forte culture chrétienne parmi l’aristocratie, l’implantation progressive de l’Église dans leur territoire et une certaine reprise économique survenant après l’effondrement de l’Empire romain.

Le nom mérovingien provient du roi Merovée ancêtre semi-mythique de Clovis

—————————

FIN  de l’ANTIQUITE

——————————-.

 L’expansion du pouvoir

 FRANC (481-814)

Les Francs

La lutte entre Vascons, Wisigoths et Francs

En 507 les francs dominent l’Aquitaine, la corniche cantabrique de l’Hispanie et le nord de la vallée de l’Ebre.

A partir de 561une alliance  entre les Vascons et les Aquitains empêche la complète domination des francs.

Capture.PNG huitieme

Les CAROLINGIENS .     751-987

Les Francs constituent un peuple germanique apparaissant sous la forme d’une confédération de tribus au moment des grandes invasions. Une partie d’entre eux joue un rôle central dans l’histoire de France, des Pays-Bas, de Balgique et d’Allemagneà compter de leur sédentarisation en Gaule  romaine. Ils ont donné leur nom à la France et aux Français
Les Carolingiens (ou Carlovingiens jusqu’à la fin du XIX siècle forment une dynastie de rois francs qui régnèrent sur l’Europe occidentale de 751 jusqu’au X° siècleet dont la généalogie remonte à saint Arnoul(v. 582/640  évèque de Metz.
Le terme carolingien, en latin médiéval karolingi, est dérivé de Carolus, qui est à la fois le prénom latinisé de Charles Martel (690-741), l’aïeul de cette dynastie, et celui de son petit-fils, Charlemagne (742?-814) considéré comme le plus illustre des rois de cette lignée.

Une pièce avec pour effigie Charlemagne
et autour l’inscription KAROLVS IMP AVG

Ils doivent leur nom au plus illustre des leurs, Charlemagne
236 ans de présence

Les CAPETIENS
_______________________

les Capétiens sont une dynastie prles CAPETIENSincière d’origine franque qui commence avec Hugues Capet, roi des francs, et qui règne, notamment sur la France avec sa branche directe, de 987 à 1328. La dynastie se poursuit avec les branches collatérales des Valois, jusqu’en 1589, puis avec les Bourbons à partir de Henri IV jusqu’en 1848, avec une interruption pendant la Révolution Française jusqu’en 1814 Louis XVIII, Charkes X et Louis-Philippe Ier, sont les derniers représentants de la dynastie capétienne.
Les Capétiens forment la troisième dynastie des rois de France(également appelée « troisième race»), après les Mérovingiens et les Carolibgiens. Ils ont aussi régné sur d’autres états d’Europe (comme le Portugal, la Savoie, la Bourgogne, Naples, l’Espagne…) et du monde le Brésil. De plus, avec un seul degré de descendance féminine, presque toutes les dynasties princières européennes sont capétiennes
, les Capétiens constituent la plus ancienne dynastie royale en succession masculine du monde. De fait, , la dynastie d’Hugues Capet a donné trente-sept rois à la France. Les Capétiens donnent également treize rois à Naples et à la Sicile dix rois à l’Espagne quatre rois à la Hongrietrois rois à la Pologne, deux grands-ducs au Luxembourg , trois empereurs de Romanie et par voie illégitime trente-deux rois au Portugalet deux empereurs au Bresil

invasion musulmane

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ.

Rocher de Gibraltar d’où débuta la conquête de l’Hispanie    

————————————–

   En l’année 622, Mahomet débute la prédication d’une nouvelle religion monothéiste, l‘Islam, en Arabie.

 Cette nouvelle religion va se propager rapidement , et ,avant la moitié du VIIe siècle, elle aura atteint le Caucase au nord, les frontières de la Chine et de l’Inde à l’est, le nord du continent africain et les Pyrénées .

En 711 des chefs arabes commandant des troupes berbères traversent le Détroit de Gibraltar pour aider une des factions wisigothes en lutte pour le trône de Tolède. Cette armée musulmane provoque la fin  du Royaume wisigoth de Tolède. L’ancienne Hispanie romaine est intégrée dans l’empire islamique et renommée Al Andalous.    Les chefs arabes et leurs troupes Berbères et Mauresques, trouvent une péninsule sans défense louable et de ce fait l’occupent en un temps record.En moins de cinq ans   les envahisseurs sans rencontrer de résistance notable,éliminent le pouvoir wisigoth

Conquête musulmane de la péninsule Ibérique – Wikipédia

Réduction du royaume wisigoth de 711 à 714

 A partir de  leurs nouvelles bases les musulmans décident d’avancer en Europe et d’autres armées traverseront les Pyrénées, mais en 721 Eudes duc de Vasconie  Lupus I duc d’Aquitaine et de Vasconie   les repoussera une première fois  à Toulouse  et définitivement à Poitiers (ou Tours) 

Une conquête simple mais une reconquête autrement délicate. Il aura fallu sept siècles de luttes incessantes avec les musulmans entre eux ,  les musulmans contre les wisigoths,  les francs et les Vascons de Navarre.

Al Andalous connaitra son apogée lors du Califat de Cordouede 929 à 1031 quand la splendeur économique et culturelle allait de pair avec la direction suprême politique et religieuse des califes andalous sur une bonne partie du monde musulman en concurrence avec les califes de Bagdad. 

     L’unité est réalisée par les Omeyyades, dynastie arabe, qui fixe la capitale à Cordoue en 756. Son souverain le plus prestigieux, Abd ar-Rahman III (912-961), prend le titre de calife. Le califat de Cordoue, 7 millions d’habitants vers l’an 1000, était un des pays les plus peuplés d’Occident. Le calife, « commandeur des Croyants et défenseur de la vraie foi », a un pouvoir absolu et personnel. C’est un mécène qui rassemble des artistes et des savants dont les oeuvres alimentent l’éclat et le raffinement de sa cour. Le plurilinguisme des élites et le brassage ethnique favorisent la floraison culturelle du califat de Cordoue qui a fasciné les chrétiens.

La fin d’Al Andalous aura lieu quand les chrétiens réfugiés dans le nord  s’organiseront en royaumes qui lutterons pendant plus de  sept siècles contre les musulmans -la Reconquête-, et feront rétrécir la superficie d’Al Andalous dès la fin du Califat de Cordoue et sa décomposition en plusieurs royaumes jusqu’en 1492, quand le petit Royaume  de Grenade sera  reconquis par Les Rois Catholiques   (A)d’Espagne

Reconquista

Il y eut  des conflits permanents entre les Francs débordant les Pyrénées et les occupants Arabes et leurs séides les Wisogoths islamisés, tels les Banu Qasi.
Au milieu de tout cela, les Vascons encore inorganisés, alliés tantôt avec les uns, tantôt avec les autres, et prenant des coups des deux côtés jusqu’au moment où ils finiront par se rassembler afin de pouvoir lutter de manière cohérente, en se donnant un roi en la personne de Eneko Arista.
La Reconquête commence en 718 lorsque les Musulmans sont défaits à la bataille de Covadonga par Pélage (Pelayo), noble d’origine wisigothe. Elle se terminera en 1492.
De ce fait, seule la frange nord de l’Espagne, correspondant aux actuels Pays Basque, Cantabrie, Asturies et Galice, restera sous domination chrétienne, au sein du royaume des Asturiesl

———————————————–

Naissance de l’Etat basque
——————-
La lutte contre les musulmans dura longtemps.
Il fallut l’alliance  de tous les Vascons pour lutter d’une façon effective contre l’occupant. Ils se donnèrent d’abord un roi   »  le roi de Pampelune » puis  après ses succès militaires il devint
 le  » Roi de Navarre »

Ce fut Sancho Garces (905-925) qui forgea ce royaume de Navarre en s’opposant aux Musulmans.
Il arriva à reconquérir les terres riches occupées par les  Banu Qasi, ( autochtones islamisés ) et ce fut alors que l’Ebre servit de frontière
 En 921, les Basques et les Léonais  s’unissent contre les Musulmans .
 Ils participeront à la bataille  de las Navas de Tolosa  en 1212
qui verra  la fin de de l’expansion musulmane ,avant qu’ils ne soient chassés définivement en 149

Que s’est-il passé en Navarre

Dire ce qu’il s’est passé à cette époque là en Navarre est une entreprise très compliquée.

Pour faire simple il y a eut des conflits permanents entre les Francs débordant les Pyrénées, et les occupants Arabes et leurs séides les visogoths islamisés ,tels les Banu Qasi.

 Au milieu de tout celà les Vascons encore inorganisés alliés tantôt aux uns tantôt aux autres et prenant des coups des deux côtés jusqu’au moment ou ils finiront par se rassembler  afin de pouvoir lutter de manière cohérente, en se donnant un roi en la personne de Eneko Arista.

 La Reconquête commence en 718 lorsque les musulmans sont défaits à la bataille de Covadonga par Pélage (Pelayo), noble d’origine wisigothe . De ce fait, seule la frange nord de l’Espagne, correspondant aux actuels Pays basque, Cantabrie, Asturies et Galice, restera sous domination chrétienne, au sein du royaume des Asturies.

 Mais ce ne sont que plusieurs siècles plus tard que les chrétiens envisageront  leur  reconquête comme un effort commun pour restaurer le royaume chrétien d’Espagne.

Les combats contre les Maures n’empêchent pas les royaumes chrétiens de s’affronter entre eux ou de s’allier aux souverains musulmans.    Par exemple, les premiers rois de  Pampelune (Eneko Arista et ses successeurs) sont apparentés aux Banu Qasi (Wisigoths convertis à l’islam) .    Les souverains maures ont souvent des épouses ou des mères chrétiennes.

La vulnérabilité et les divisions des royaumes chrétiens les amènent, pour nombre d’entre eux, à devoir acquitter un tribut aux seigneurs maures dans ce qui apparaît comme une forme de vassalité.

La Réconquista commence en 718 et s’achève le 2 janvier 1492 quand Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille, les “ Rois catholiques ”  chasseront le dernier souverain musulman de la péninsule, Boabdil de Grenade, achevant l’unification de l’essentiel de l’actuelle Espagne — excepté la Navarre, incorporée en 1512                                                                (A)

Quelques dates

714   premiers contacts basco –  arabes

718  Al-Hurr à Pampelune

732 Bataille de Poitiers

778  15 Août Charlemagne battu par les Vascons à Roncevaux

781 Abd el Rahman s’empare de Pampelune et bat Ximeno el Fuerte

799  le parti  » carolingien » de Pampelune assassine le gouverneur musulman Murarrif, qui avait dû être désigné par la coalition Inigo- Qasi, avec l’accord de l’émir

812Le parti carolingien ayant dû être évincé, le roi d’Aquitaine, à la tête d’une puissante armée, est venu rétablir un gouverneur francophile dans la capitale Navarraise; et c’est au retour de cette mission de restauration, qu’aura lieu dans les ports pyrénéens un   » deuxième Roncevaux « … à l’envers , puisque un Basque qui  s’apprêtait à donner le signal d’un nouvel assaut, à payé de sa vie son courageux projet

814expédition de Louis le Débonnaire à Pampelune. Incident au retour à Roncevaux

816   Révolte Gasconne après la déposition du duc des Vascons

 824 nouvelle expédition franque à Pampelune , troisième Roncevaux, organisé par Inigo Arista et Musa ben Musa, marquera la fin des rêves carolingiens

—-

L’affrontement basco-arabe se jouera  essentiellement au au sud des Pyrénées,                  Avec des nuances importantes qui le différencieront de la  » manière asturienne et castillane.

Non seulement parce que il n’y aura pas, au sens mythique du mot, de Covadonga basque, mais parce que le peuple basque n’aura même pas la pensée de profiter d’une dramatique occasion pour étendre son domaine par les armes

Pour la même raison il refusera une trop dangeureuse  » protection  » carolingienne  ou asturienne, préférant pour l’heure, à un moment capital de son Histoire une intelligente politique à la fois matrimoniale et militaire avec une puissante et ambitieuse famille wisigoths les Banu Quasi  La fin d’Al Andalous aura lieu quand les chrétiens réfugiés dans le nord  s’organiseront en royaumes qui lutterons pendant plus de  sept siècles contre les musulmans -la Reconquête-, et feront rétrécir la superficie d’Al Andalous dès la fin du Califat de Cordoue et sa décomposition en plusieurs royaumes jusqu’en 1492, quand le petit Royaume  de Grenade sera  reconquis par Les Rois Catholiques d’Espagne –                                                                                                                 (A) 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

EPOPEE BASQUE

RONCEVAUX

 

En 778. lors de la  Bataille de Roncevaux. Les Vascons déciment l’arrière garde du futur Charlemagne qui quittait la vallée de l’Ebre

où il voulait établir une Marche défensive contre Al Andalous.

778

RONCEVAUX

Chapelle du Saint Esprit

La chapelle du Saint Esprit, pré-romane, possède une crypte, qui servait d’ossuaire pour les pèlerins qui décédaient à l’hôpital… La légende indique qu’elle se trouve à l’endroit précis où Charlemagne demanda d’édifier le tombeau de Roland, et d’y recueillir les restes des soldats morts à la bataille en 778..                                                                                                    _________________________  

Roncevaux a toujours été un passage pour accéder à la péninsule ibérique. De Roncevaux ont pénétré les celtes, les barbares (409), les Wisigoths qui s’établiront le long de la Ribera del Duero et, naturellement, Charlemagne avec la plus puissante armée du VIIIe siècle, en route vers Saragosse.

Charlemagne, après l’échec de son expédition à Saragosse, décida de réduire en cendres Pampelune, la capitale du royaume de Navarre.  En rentrant en France, via les Pyrénées et, entre le col d’Ibañeta et le ravin de Valcarlos, il dut subir une embuscade de tous les Basques  de toute les région depuis le bord de mer

 Ce fut la bataille de Roncevaux.

 La chanson de Roland, écrite quelque part en France à la fin du XI siècle, attribue la victoire, localisé entre Roncevaux et Burguete, aux Sarrasins

Les attaquants  étaient les Basques  de toutes les provinces 

__________

Il ne semble pas que les musulmans aient séjourné au Labourd. Mais pendant toute leur présence en Navarre ils représentèrent un danger pour les pélerins qui allaient et revenaient de Compostelle. C’est pour celà qu’ils préférèrent emprunter  » el camino françés del norte  » en longeant la côte cantabrique.

 Le prieuré-hôpital de Zubernoa devint  de ce fait un lieu de passage priviliégé.

Capture.PNGneuvieme

 roy pamp

La péninsule ibérique en 1030 : plus grande extension de la Navarre (orange foncé)

Arrano Beltza (l’aigle noir en basque)

BREVE HISTOIRE des VASCONS

 pour la compréhension des autres évènements

Le Royaume de Navarre nait en 824 autour de Pampelune, ville fondée par Pompée -.Ce Royaume atteint son apogée au XIe siècle etdans la première moitié du XIIe.

En 1512 une fois conquis par Ferdinand le Catholique il est integré à la Couronne d’Espagne tout en conservant ses fors et le titre de royaume

 En 1530 la partie du royaume au nord des Pyrénées, la Basse  Navarre, est dévolu au roi Henri II par Charles V et en 1589 Henri III de Navarre devient Henri IV roi de France et de Navarre.

 En1789 La Navarre française perd ses fors et le titre de royaume en s’intégrant dans le Département des Basses Pyrénées et en 1841 la Navarre espagnole subit le même sort convertie en Province Forale puisqu’elle conservera quelques petites parcelles de ses anciens fors.

A partir de Pampelune ce royaume va se développer sur l’espace qui d’après les romains était peuplé par les vascons à l’aube de l’ère actuelle, et qui s’étendait sur les Pyrénées de l’Océan à la moitié de l’actuel Aragon et sur le versant sud jusqu’à l’Ebre en partant de la partie orientale de l’actuel Guipuzcoa et ensuite en pasant par l’Alava et la Rioja.

Le versant sud de cet espace va être romanisé contrairement aux hauteurs pyrénéennes.

A l’époque des invasions barbares cet espace va subir le passage des Suèves, des Wisigoths des Francs et enfin des Arabes.

Devant s’opposer à deux ennemis redoutables les Francs et les Musulmans d’Al Andalous qui veulent tous les deux les Pyrénées comme frontière, les Vascons qui y habitaient,  en permanence entre guerres et trêves , décidèrent de s’organiser.

Dès le VIIe siècle les grandes familles Vascones, très nouvellement christianisées et qui contrôlaient les vallées, s’allièrent avec les » Banu Qasi  » ancienne famille hispano-wisigothe islamisée et toute puissante dans la vallée de l’Ebre.

A partir de 824

De ce rapprochement est donc né le Royaume de Pampelune, puis de Navarre ,destiné à défendre l’indépendance des Vascons qui habitaient les Pyrénées, quand en 824 les basques  écrasent une seconde fois l’armée franque à Roncevaux et

 Eneko Aritza (mort en 851 )est proclamé Roi de Pampelune. 

 Il est le premier des 16 rois basques qui se succèderont de 824 à 1234  

Cet avènement ne s’est pas faite sans heurts, tant sur le plan intérieur en raison de l’opposition d’une partie de la population chrétienne ( minoritaire ) à l’alliance avec les  musulmans, qu’extérieur , la menace au sud de l’émirat de Cordoue, de plus en plus puissant, et de l’impérialisme carolingien.

Les alliances et les affrontements qui se suivent avec les rois de Léon, d’Angleterre ( qui étaient aussi ducs d’Aquitaine et de Gascogne), les comtes (puis rois) d’Aragon, les émirs (ou les califes de Cordoue) vont permettre l’expansion territoriale   du royaume appelé de Navarre sur l’ancien espace vascon et même au-delà, surtout du temps de Sanche III, le Grand, au début du XIe siècle.

C’est Sancho III qui voulant dominer jusqu’à la Garonne crée la Vicomté du Labourd, s’appropie la Soule et ce qui deviendra la Basse Navarre et tout cela permettra jusqu’au XIII siècle à la Navarre d’intervenir dans la Gascogne en concurrence avec les rois de France de Castille et d’Angleterre.

Lorsque meurt sans descendance Sanche VII le Fort 1194-1234 dernier roi  vascon, qui avait désigné Jacques Ier d’Aragon comme son successeur, les seigneurs Navarrais, refusant de voir le Royaume de Navarre réuni avec le puissant voisin Aragonais  font appel au comte Thibaud IV de Champagne (que l’évêque de Pampelune ira chercher à Provins).

 Thibaud était le fils de Blanche de Navarre, sœur de Sanche VII le Fort.

 Un mois après la mort de son oncle ,Thibaud se présenta à Pampelune où il jura fidélité aux Fueros du Royaume, fournissant ainsi à la couronne de Navarre une dynastie bien installée, de puissants vassaux dans le nord du royaume de France. C’est ainsi que fut établie la “ Maison de Champagne ” et que commence le déclin de la Navarre entourée des puissantes royaumes d’Aragon, de Castille et de France. 

Thibaud

sera le premier de la longue lignée de 21 rois d’origine non directement basque

Lui succèderont les Dynasties de

CHAMPAGNE – CAPETIENNE – D’EVREUX – TRASTAMARE –FOIX –  ALBRET- BOURBON

____________________________________________________________

CHASSE A LA BALEINE 

image53

Enluminure Normande du Haut Moyen Âge

DES ORIGINES

. Quand  nos très lointains  anciens virent pour la première fois , ce jet d’eau  projeté avec force depuis la surface de l’eau  et  entre deux vagues, ces masses noiratres  qui ondulaient , Ils furent sans nul doute vivement intrigués.

Lorsque nos marins trouvèrent une baleine échouée sur le sable de nos plages, ils furent vite en éveil et finirent par se poser des questions .

 Pas trop ,car ils se mirent très vite à la dépecer, puis avec  prudence à la goûter.. puis à se demander comment faire pour en avoir une seconde.

La chasse à la baleine était ouverte. Depuis quand : depuis toujours . Le problème était comment .

On nous raconte que les traces les plus anciennes de cette activité sont les gravures rupestres du site de Bangu-dae ( Corée du Sud), datées de — 6000 à — 1000 av. J.-C.

Où et quand les hommes ont-ils chassé des baleines pour la première fois ? Jusqu’à présent, les plus anciennes traces dataient des Xe et XIe siècles, en Europe et au Japon. Des gravures rupestres coréennes font faire un bond en arrière de plus de 4 000 ans à cette activité.

«L’origine de la chasse à la baleine se perd dans la nuit des temps », écrivait il y a une quinzaine d’années Richard Harrison, biologiste anglais spécialiste des mammifères marins et, à l’occasion, historien de la chasse à la baleine [1]. On n’avait alors aucune idée quant à la région du monde, ni à la période où nos ancêtres avaient commencé à chasser les grands cétacés à fanons. Une nouvelle étude de gravures rupestres de Corée du Sud vient d’apporter une réponse : la plus ancienne trace de chasse à la baleine se situe dans le Pacifique du Nord-Ouest, il y a plus de 5 000 ans [2].

 Les premières traces historiques généralement admises sont des documents qui attestent la chasse des Basques au XI ème siècle et un poème  japonais antérieur au X°siècle qui évoque la capture de cétacès

Que des dessins représentant, entre autres, des canots transportant de cinq à dix chasseurs munis de harpons, filets et flotteurs , montrent sans conteste des scènes de chasse aux baleines à fanons et au cachalot .

Ceux ci avaient acquis de bonne heure, une grande expérience dans l’industrie de cette pêche, et que dès le 9 ème siècle, et peut être plus tôt ils se livraient à la pêche la plus difficile et la plus périlleuse qui n’ait jamais existé.

Les harpons en os , en bois de rennes ,  découverts dans la grotte de Lumentxa à Lekeitio confirmaient sa pratique depuis des temps les plus anciens.     Les hommes chassaient la baleine pour ses os, ses fanons pour le marché de luxe, la chair pour la consommation et son huile pour la maison et l’industrie.

Quant au cachalot, cétacé à dents, également abondant dans le golfe de Gascogne, il produisait moins d’huile, mais fournissait d’autres ingrédients précieux : le blanc de baleine dont on fait des bougies et l’ambre gris utilisé en parfumerie.

. Il semble que la pêche à la baleine n’apparaisse de façon organisée que vers le Xe siècle au Japon, et au XIe sur les côtes basques. . Les baleines étaient présentes en nombre important dans ces eaux vers l’an 1000 et étaient encore très nombreuses au début du XVe siècle.

Les Basques exploitèrent d’abord les individus qui s’échouaient en nombre sur leurs côtes. La viande et le lard de la baleine étaient très prisés, la graisse servait à faire de l’huile pour l’éclairage, sans oublier les fanons utilisés pour la corsetterie. Quant au cachalot, cétacé à dents, également abondant dans le golfe de Gascogne, il produit moins d’huile, mais fournit d’autres ingrédients précieux : le blanc de baleine dont on fait des bougies et l’ambre gris utilisé en parfumerie.

Pour survivre, les  Basques furent les premiers à chasser les baleines dans le .Golfe de Gascogne Le premier document écrit date de 670 et parle de la vente de 40 pots d’huile de baleines au nord de la France par des Basques venus du Labourd.

La baleine qui fréquentait le golfe de Gascogne est connue sous le nom de  » baleine des Basques » ou  » Balaena Biscayencis « . Sa tête est courte, sa couleur noire, pour une taille d’environ vingt mètres. Elle avait la particularité de flotter quand elle était morte. Elle passait l’hiver sur nos côtes, les femelles venant jusqu’à s’échouer pour mettre bas. L’été cette baleine remontait sur les côtes islandaises ou norvégiennes. Une autre espèce a gardé le nom de ses persécuteurs: il s’agit de la baleine sarde ou  » Sardako balea « , en basque, que l’on peut traduire par  » baleine de troupeau ». Cette espèce se déplaçait en bancs avec femelles et baleinaux qui fermaient la marche.

Les Basques et les baleines franches

Les Basques sont les premiers chasseurs de baleines réguliers en Atlantique nord.

Ils exploitèrent, à partir du XIème siècle – et peut-être avant – la baleine franche encore appelée la baleine des Basques. Cette activité se déroulait au large des côtes de Biarritz, Hendaye, Saint Jean de Luz et, plus tard, à partir du Pays basque espagnol

Les chasseurs ciblaient les femelles et leurs petits qui fréquentaient ces eaux tempérées lors de la période de reproduction hivernale. Les petits étaient d’abord capturés, ce qui permettait de s’attaquer ensuite aux femelles qui, chez cette espèce, se montrent très attachées à leur progéniture. La chasse était menée au harpon à partir de petites embarcations à rames pouvant emporter de 10 à 12 personnes. Un flotteur fixé à une ligne attachée au harpon permettait de repérer l’animal harponné pour l’achever à la lance lors de sa remontée en surface.

image54

 viking

Expansion viking du VIIIe au XIe siècle. 

domaine public :Fichier:Viking Expansion.svg

Après avoir subi les grandes invasions  barbares de l’an 400 à l’an 600 , avec le déferlement de populations venues du nord ou de l’est  , chassées de leur pays par les Huns ,voici un nouveau danger venu cette fois de la mer qui va essaimer sur toutes les côtes et plus profondément sur les fleuves dans presque toute l’Europe.     Phénomème hallucinant  qui durera deux siècles et qui verra de redoutables marins et guerriers partir à la conquête de tous les trésors.      Venus du froid  et de leur nuits interminables,les vikings dès le retour du soleil , partaient à l’assaut de l’Europe , à bord de leurs bateaux d’une conception inédite et remarquable : les drakars      Ils seront, en Angleterre en France , en Espagne, ils seront à Paris , ou sur les bords de  la méditerranée : en 800 ils sont en Aquitaine et ils défieront les francs de Charlemagne       Toujours à l’abri de criques ou d’estuaires,opportunistes, insaisisables,en 799 ils combattent les musulmans aux côtés du roi des Asturies

 C’est à ce moment qu’eut lieu l’une des incursions les plus audacieuses des Vikings en territoire vascon. La victime en fut le roi d’Iruñea Garcia Iñiguez, qui avait succédé à son père Eneko Aritza.

Ibn Hayyan en fait le récit dans son livre “Al Muqtabis” : “les Normands arrivèrent à Iruñea en bateau” certains auteurs pensent que la Bidassoa était plus facilement navigable que de nos jours et “attaquèrent les baskunis, en tuèrent beaucoup et firent prisonnier leur émir”.

Les Vikings demandèrent une rançon démesurée de 70 000 pièces d’or. Les Iruindarra étant incapables de réunir la somme demandée, plusieurs fils de Garcia Iñiguez se constituèrent otages des Normands.        L’Histoire ne dit pas ce qu’il advint d’eux, mais il est probable qu’ils ne revirent jamais leur terre

——————

La baie de Txingudi était l’objet des disputes entre le Royaume de Pampelune, les Vikings et même le Royaume des Asturies ,puisque au milieu du IX siècle les chroniques des rois des Asturies Ramiro I et Ordoño I parlent des ravages causés par les Vikings à Bayonne et sur la rive droite de la Bidassoa

Pour survivre, les Basques furent les premiers à chasser les baleines dans le golfe de Gascogne.

 Le premier document  date de 670 et parle de la vente de 40 pots d’huile de baleines au nord de la France par des Basques venus du Labourd          Peu  d’écrits, peu ou pas de vestiges, et pourtant ils séjournèrent souvent sur les côtes  des Pays Basques de France ou d’Espagne. On dit même que ce sont eux qui apprenèrent aux habitants de ce pays  l’art de la navigation en haute mer et la pêche à la baleine des mers arctiques

Il est à supposer qu’il séjournèrent souvent à Hendaye et à Hondarribia, la baie de Xingudi offrant un abri sûr.

DRAKKAR

musée oslo

dimension effilée : 18m de long en moyenne (difficilement extensible car la quille était constituée d’une seule poutre en chêne) pour 2,5m de large, structure assez plate pour remonter les cours des fleuves à la rame : le tirant d’eau n’était que de 50cm, les flancs étaient constitués de planches qui se chevauchent successivement (comme les tuiles d’un toit) et des boucliers ronds protégeaient les flancs, la voile était carrée, le pont ne comportait ni cabine ni banc : les rameurs s’assoient sur des malles contenant leurs armes et leurs rations alimentaires,la proue était souvent ornée d’un dragon sculpté (drakkar en normand). Les drakkars pouvaient filer à 5 noeuds à la rame et sous conditions favorables, ils pouvaient faire des pointes à 9 noeuds

image57

Les invasions aux IXe et Xe siècles

Cette carte montre bien que la Gascogne fut une région d’établissement des Normands

image58

Dates et raids  des vikings en Gascogne

 :* Les incursions des Normands ou Vikings en Aquitaine *

Les Vikings en Gascogne

Les Normands ravagent le coeur du Sud-Ouest entre 844 et 865

______________________________________    

 Au cours du IXe siècle, les Vikings ont abordé les côtes du Pays Basque. Leur but : développer leur commerce et s’enrichir rapidement en pillant de nouveaux territoires. Certains groupes de Normands parvinrent à s’installer à Bayonne, Gernika ou Mundaka. D’autres réalisèrent des incursions guerrières et allèrent jusqu’à enlever Garcia Iñiguez, le roi basque de  Navarre à Pampelune( 851-882)

Les premiers signes de l’occupation Viking en terre basque remontent à 814, après la mort de Charlemagne.        Après avoir attaqué plusieurs îles de la Côte aquitaine, les Normands s’en prirent au Labourd. Ils remontèrent l’Adour et s’installèrent à Bayonne où, selon l’historien Pierre Hourmat, “ils détruisirent l’église Sainte-Marie, qui s’élevait à l’emplacement de l’actuelle cathédrale. Ils instaurèrent le culte du Dieu Odin et édifièrent un temple païen. Ils firent de la ville leur camp de base”.

La présence des Vikings à Bayonne se prolonge jusqu’en 936 jusqu’à ce que Guillermo Sancho, duc de Gascogne leur livre bataille et les mette en déroute.

Au début du IXe siècle, les habitants du Pays Basque étaient incapables de lutter contre les Vikings, ceux-ci s’installèrent aussi au Sud, en Bizkaia.  autour de Gernika et de Mundaka. C’est la thèse soutenue par l’historien Anton Erkoreka, qui se fonde sur des sources arabes.

À cette époque, les musulmans d`Al Andalus exerçaient un contrôle sur le territoire qu’ils appelaient “Alava” et qui englobait les provinces actuelles d’Araba, de Bizkaia et de Gipuzkoa. Cette domination était précaire. Ils y menaient des opérations militaires ponctuelles.

Les Normands furent expulsés

La première expulsion eut lieu en 823. Si l’on en croit les textes de l’historien musulman Ibn Idhari, les troupes d’Al Andalus “attaquèrent par une gorge appelée Djernik”. Le toponyme Djernik est recueilli par d’autres auteurs comme Charniq et Guerniq. La similitude avec Gernika et le lieu de l’attaque décrit donnent une crédibilité à la version de l’historien Erkoreka. Mais cette expédition punitive ne fut pas suffisante pour persuader les Vikings de quitter la région.

 Deux ans plus tard, en 825, le général  Maure Ubaid Allah a enfin raison de l’envahisseur. “Les Normands furent expulsés des enclaves qu’ils occupaient comme Busturia, Mundaka (Elle subit un raid et une présence viking en 823 et 824 ) et les sites qui dominaient la mer comme Alboniga ou Gaztelugatxe” ajoute Erkoreka.

Pourtant, 20 ans plus tard, les navires Viking firent de nouveau escale sur la Côte basque            ,Encore 20 ans après, les navires aux figures de proue de dragons réapparurent en Bizkaia. C’est à ce moment qu’eut lieu l’une des incursions les plus audacieuses des Vikings en territoire vascon. La victime en fut le roi d’Iruñea ( Pampelune ) Garcia Iñiguez, qui avait succédé à son père Eneko Aritza.

En 867, Al Hacam, fils de l’émir andalou Muhammad, lança une nouvelle campagne militaire contre Gernika pour se débarrasser définitivement des Vikings.      Ils quittèrent peu à peu le Pays Basque pour s’établir en Normandie, en Angleterre, en Islande et même en Amérique.       Les Vikings partis, leur empreinte resta dans la construction navale du Pays Basque.

On s’efforcera ici de restituer ce qui fut sans doute l’authentique figure de ces navigateurs scandinaves qui défrayèrent tant l’histoire de l’Occident entre 800 et 1050 environ.         De multiples raisons, certaines évidentes, font que les Scandinaves furent probablement, dès les origines, de grands marins et des commerçants avisés. Leur célèbre bateau (knôrr, skeid, snekkja, etc., mais jamais drakkar…) semble avoir été conçu assez tôt (VIe ou VIIe siècle), et ses caractéristiques techniques en firent un véhicule hors pair : coque symétrique montée à clins, quille d’un seul tenant assurant un tirant d’eau minimum, mât central fixé dans une poutre spéciale lui conférant une relative mobilité, voile unique rectangulaire, gouvernail à tribord arrière et fait d’une rame courte maintenue par une attache de cuir souple, etc.

Dès lors commença le mouvement viking, qui ne doit son téné­breux prestige qu’à sa tactique et à la nature de ses proies. Les Scandinaves pratiquaient le coup de main avec une rapidité confon­dante et une efficacité redoutable. Semblant surgir de nulle part, ils s’abattaient sur leur proie – abbaye, monastère, prieuré, ville ouverte, etc. – au moment où celle-ci était sans défense (le jour d’une grande fête locale, par exemple), la pillaient méthodiquement, l’incendiaient et repartaient aussitôt sur leur bateau rapide, souple, léger et quasi invulnérable. Il y avait de quoi inspirer une solide ter­reur. Leurs attaques étant pour la plupart dirigées sur les biens de l’Église, et les clercs se trouvant être à peu près les seuls à savoir tenir une plume, c’est à eux que l’on doit les chroniques horrifiées, les annales rocambolesques, bref les outrances, hyperboles et défi­gurations de la réalité dont s’est, depuis, nourri l’Occident.

            Si les seigneurs du nord transigent avec les Normands en leur concédant la Normandie en 911, les Vickings sont chassés de Bayonne en 981, et sont battus par Sanche Guillaume vers 982. Des incursions épisodiques continueront jusqu’en 1018.

image59

Tapisserie de Bayeux:         domaine public

——————————————————

La légende raconte que Saint Léon  Evêque de Bayonne fut  décapité par les Vikings vers 890

 Les sources locales

——————-
Cependant, cette lecture des chartes locales  doit être prise avec précautions.

 Il se pourrait que les moines aient exagéré leur descriptions, pensent certains spécialistes. D’autres au contraire y trouvent un accent de vérité .

Le Bréviaire de Lescar –texte désormais perdu- mentionnait : “ Chaque année, lançant une flotte, les Visigoths venaient d’une mer enfermée au milieu des terres et arrivaient à Mimizan d’où plus cruels que des bêtes féroces, ils ravageaient, selon leur habitude, toute la Vasconie. ” Ce texte nomme quelques cités prises par les Danois. Bazas, Bayonne, Dax, Eauze, Lectoure, Auch, Sos, Lescar, Oloron, Tarbes, St-Bertrand-de-Comminges et St-Lizier. Pas un seul évêché n’échappe à l’offensive.

—————————–

Le Cartulaire de Tarbes -également perdu- est mentionné par Nicolas Bertrand qui écrit la Geste des Toulousains en 1515. “ A cette époque, les pays de Gascogne furent ravagés et anéantis. Les Danois traversèrent la mer avec de puissantes flottes et apportèrent la frayeur. Ils arrivèrent sur les rivages océaniques de la place forte de Bordeaux et jaillissant de leurs navires, ils recouvrirent, comme l’on dit, toute la surface de la terre. Les habitants de cette région ne purent résister à leur terrifiante intrépidité et à la sauvagerie de leur attaque.  

Bertrand Compaigne écrit en 1657 : “ Avant la mort de Louis le Débonnaire apparut une formidable éclipse présageant la désolation de l’Eglise et la confusion de l’état. Deux ans plus tard, les Normands ravagèrent la Gascogne mettant à feu et à sang les cités de Bazas, Aire, Lectoure, Dax, Tarbes, Bayonne, Oloron et Lescar. ”

Le Cartulaire de Bigorre écrit entre les 11e et 13e siècles complète : “ Non seulement ils exterminèrent par l’épée et la faim les hommes, mais ils démantelèrent les tours et les murs de défense, livrèrent aux flammes basiliques, oratoires, les plus humbles chapelles, renversèrent les autels, profanèrent les tombes des saints et dispersèrent leurs ossements. ”

La Chronique de Bazas conclut : “ Les destructions commises par ce gens parmi les plus barbares que l’on nomme habituellement Northmen, transformèrent presque toute la Gascogne en un désert, après que les paysans aient été tués ou chassés… Ils détruisirent tout, tuèrent et pillèrent de telle sorte que tout fut ruiné dans le pays. Comme il ne restait rien qui tînt debout en Vasconie, la plupart de ces incendiaires retournèrent à la côte. ” Les évêchés occidentaux pourvus de titulaires en 840 tombèrent dans un total abandon. Ces textes décrivent une attaque massive, une guerre totale en rien comparable à ce qui se déroule ailleurs en Europe. Cette attaque n’est pas le fait de pillards, mais d’une armée d’invasion.

—————————————————

Concernant ces textes, et notamment le cartulaire de Lescar, voilà ce qu’écrit l’historien Manex Goyeneche auteur d’une “ Histoire générale du pays Basque ” en 5 tomes aux éditions Elkarnalean, Donostia, 2000.“

D’autres cartulaires restent à exploiter, par exemple celui de Lescar (il a disparu, mais Pierre de Marca a recopié des passages entiers), celui de Dax… Tous ces documents sont à reprendre systématiquement… Leur éclairage peut être utile pour construire l’histoire de ce haut Moyen Âge… ” Tome 1, p 211.Visiblement cet historien considère que le fait de ne pas être contemporain des événements, ne nuit pas tant que cela à leur valeur historique.

image60

musée : Oslo domaine public

dixieme

LE DUC DE GASCOGNE CHASSE LES VIKINGS DU LABOURD
ET SE DECLARE VASSAL DU ROI DE PAMPELUNE
———————————
SANCHO EL GRANDE
———————-
Sanche III Garcés (v. 990 – 18 octobre 1035), dit le Grand est Roi de Pampelune entre 1004 et 1035, comte de Sobrarbe et Ribagorce (1018-1035), de Castille, Alava et Monzón (1029-1035). Il fut le monarque le plus puissant des royaumes chrétiens de la péninsule ibérique pendant le XIe siècle. en même temps qu’il intervenait en Gascogne en s’appropriant des territoires du nord des Pyrénées -Soule et Basse Navarre-), c’est probablement lui qui créa la Vicomté du Labourd, et revendiqua, sans succès, le duché de Gascogne.
Pendant son royaume apparait le nom de Guipúzcoa pour désigner, sans contours précis, la province d’outre-Bidassoa
——————
Enlevé du sein de sa mère morte et élevé par Fortunio de Guevara , il aurait aimé une jeune fille parfaitement belle ( Gustiz Ederra )et constitué pour ses descendants légitimes Justiz le domaine d’Ederra sur cette montagne.
Un monument dressé sur la pointe du
Jaizquibel est visible depuis la plage de Hendaye
_____
Renaissance Germanique L’approche de L’an mil correspond à une période de renaissance, qui se fait sentir dès les années 950 et associée à une période de réforme religieuse :L’ordre de  Cluny est fondé en 909. Il va rayonner sur une grande partie de l’occident. Premiers contacts avec la civilisation arabo-musulmane en Espagne  Evolution de la féodalité La terre donnée en usufruit viager devient la base de tout système de relation.
    Le Califat de Cordoue est alors très florissant

Capture.PNGdixieme

SANCHEZ GARCES III , » le grand  » de NAVARRE en revendiquant la GASCOGNE crée la Vicomté du  LABOURD

La paroisse d’URRUGNE  apparait sur un document

·         1031: Effondrement du Califat Omeyade de Cordoue   Morcellement politique  d-Al Andalous, permettant une impulsion décisive à laReconquête , avec la prise de Tolède 1085 notamment.

1059 premiers documents sur la pêche à la baleine sur le littoral basque

·         1066 :Bataille de  Hastings , début de la conquête de l’Angleterre par Guillaume le  Conquérant

·          : à la clôture du Concile de Clermont, le pape Urbain II appelle à la première croisade

·         _____________________

URRUGNE  :

 son église, apparait dans les documents d’engagement

des seigneurs du Labourd à coté  de Sanche “ le Grand ”.

En 1083 Fortun-Sanche, vicomte de Labourd fait donation à la cathédrale de Bayonne de l’église Saint Vincent d’Urrugne à l’occasion de la consécration de son fils Ramire Sanche devenu moine.

Jusqu’au XVIIe siècle Urrugne possédera un vaste territoire, de la Nivelle à la Bidassoa et du La Rhune à l’Océan; avant ce siècle Hendaye sera un lieu dit, un quartier sous sa juridiction.

La pierre tombale de Sanche III Garcés

musée Léon 

rois de Navarre :

de gueules aux chaînes d’or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d’une émeraude au nature

Entre 1058 et 1086 le comté-duché de Gascogne va devenir propriété des Ducs d’Aquitaine d’abord avec Guillaume VIII de Poitiers et surtout Guillaume IX “ le Troubadour ” Comte de Poitiers, Duc d’Aquitaine et duc de Gascogne.

Capture.PNG douzieme

1130 ALFONSE 1er roi de NAVARRE envahit le LABOURD et y reste 2 ans

 

Arrano beltza

 sceau du roi Sanche VII de Navarre – le fort –

 (1170-1234 )

—————————————–

le château

d’URTUBIE

image12

Les premiers seigneurs d’Urtubie apparaissent à la cour du vicomte de Labourd au début du XIIème siècle. Bonion 1er, seigneur d’Urtubie, est mentionné vers 1120. On ne sait que peu de choses sur les premières familles d’Urtubie qui ne semblent pas avoir possédé de maison forte sur la seigneurie.Les premiers seigneurs d’Urtubie apparaissent à la cour du vicomte de Labourd au début du XIIème siècle.

Le Château d’Urtubie

Appartenant à la même famille depuis sa construction en 1341, ce château fortifié a été agrandi aux XVIe et XVIIIe siècles pour devenir aujourd’hui un Monument Historique très accueillant, meublé et décoré avec raffinement.

Les pierres d’Urtubie racontent plus de six siècles de l’histoire du Pays Basque.

Le roi Louis XI y séjourna en 1463 et Louis XIV érigea le domaine en vicomté en 1654.

Au XIX° siècle, Soult puis Wellington y passèrent lors des guerres napoléoniennes.

Vous y trouverez des meubles d’époque du XVIème, XVIIème, XVIIIème et XIXème siècle, des tapisseries de Bruxelles du XVIème ; d’Aubusson du XVIIème et de Beauvais du XVIIIème siècle.

A l’extérieur du château vous pourrez vous balader dans le parc et les jardins à l’anglaise. Sans oublier la visite de la chapelle, de la salle de bain du XIXème et de l’orangerie du XVIIIème siècle.

                                                                                                                                             .

L’Histoire complète dans

 Documents

—————————————

 vers 1100  Fontarrabie Les réduits nord de la poudrière seraient les vestiges de ce château fondé peut-être par Sanche abarca sous le régne de Sanche le savant et les deux fenêtres en lancettes encadrant sa grande porte sont du même style  gothique primitif

1120 Les premiers seigneurs d’Urtubie apparaissent à la cour du vicomte de Labourd au début du XIIème siècle. Bonion 1er, seigneur d’Urtubie, est mentionné vers 1120.

 1124/1169  le vicomte du Labourd est Bertrand fils de Semen Fortun  et petit fils de Fortun Sanche II

1126. Alphonse VII roi de Castille imposa son protectorat sur la Navarre  le roi d’Aragon (“ le Batailleur ”) assiège Bayonne sans succès. Les rois de Navarre ne renoncent pas à la Gascogne et pour cela comptent sur la rive gauche de la Bidassoa:  Sanche VI “ le Sage ” et Sanche VII “ le Fort ” améliorent les fortifications de Fontarabie jusqu’à la fin du XIIe siècle

 Au lendemain de l’ éclatante victoire de   Cavadonga( 1120 )  contre les Maures ,Alphonse était passé en France à la fois pour accroître son influence dans le sud ouest de la France, Béarn et Gascogne, et pour recruter de nouveaux contingents de troupes en vue de nouvelles expéditions.

Alphonse Ier roi de Navarre et d’Aragon dit le Batailleur (v.1073-1134), roi d’Aragon et de Navarre de 1104 à 1134 ; passe par Andaye envahit le Labourd  et assiège  Bayonne.mais rappelé en Navarre pour refouler les Maures, il fut tué en 1132 au cours d’une bataille qu’il perdit

1149 Acte passé par l’évêque de Bayonne et Sanche de Donnezain, prieur des Bénédictins, avec G. de Zubernoa et B. de Irandatz pour l’érection d’une chapelle paroissiale à l’hôpital de Santiago (Saint Jacques de Compos­telle), fondé en 1135.

1150 La ville de Hondarribia est citée en 1150 dans la charte de ville accordée à Donostia par le roi de Navarre Sanche le Sage. 

Alphonse Ier le Batailleur,roi d’Aragon ,

Alphonse Ier le Batailleur (1104-1134) roi de Navarre et d’Aragon, envahit le Labourd et s’y maintient pendant 2 ans

.Grand conquérant il double la superficie du royaume d’Aragon

Il y a malheureusement peu de traces  du long séjour des Anglais en Guyenne, car en partant ils ont emporté leurs archives avec eux.

 image68

Présence Anglaise 1152 – 1450

De 1337 à 1453, la rivalité entre les royaumes de France et Pendant tout le temps de l’occupation du Labourd par les Anglais, les communications entre la France et l’Espagne se firent surtout par Dax, Saint-Jean-Pied-de-Port et Pampelune. Mais, après le retour de cette province à la France, cet itinéraire fut un peu délaissé et on passa plus volontiers par Dax, Bayonne,Hendaye et Tolosa.

1149 Acte passé par l’évêque de Bayonne et Sanche de Donnezain, prieur des Bénédictins, avec G. de Zubernoa et B. de Irandatz pour l’érection d’une chapelle paroissiale à l’hôpital de Santiago

ALIENOR d’AQUITAINE

C’est à l’abbaye de Fontevraux, où elle s’est retirée, que meurt la reine de France et d’Angleterre, épouse successive du roi de France Louis VII le Jeune  , et de Henri II d’Angleterre.

Aliénor d’Aquitaine représentée sur un mur de la chapelle Sainte Radegonde de Chinon.

Aliénor d’Aquitaine (1122-1204), par Joos van Cleve 

(Musée d’histoire de l’art de Vienne).

Empire Plantegenet

Angleterre et France après le mariage avec Henri dePlantagenet

 

 

De 1337 à 1453, la rivalité entre les royaumes de France et Pendant tout le temps de l’occupation du Labourd par lesAnglais, les communications entre la France et l’Espagne se firent surtout par Dax, Saint-Jean-Pied-de-Port et Pampelune. Mais, après le retour de cette province à la France, cet itinéraire fut un peu délaissé et on passa plus volontiers par Dax, Bayonne,Hendaye et Tolosa.

 

1152. Le duché d’Aquitaine s’intègre dans le Royaume d’Angleterre quand Henri Plantagenet, époux de la Duchesse Aliénor, devient Henri II d’Angleterre.

Aliénor épouse le roi d’Angleterre en 1152.Cette alliance confère à Bayonne de nombreux privilèges commerciaux. Les Bayonnais deviennent les transporteurs des vins de Bordeaux et d’autres produits du sud-ouest comme la résine.

1170 à 1565 la  langue Gascone sera la langue officielle à Bayonne, donc aussi à Hendaye et ce pendant 400 ans ( André Pées )

1177, Richard  intervient contre les vassaux du roi de Najambon ou le pastel vers l’Angleterre.

 Bayonne est aussi une base militaire importante détenant des chantiers navals et de nombreux marins. En 1177, Richard Coeur  de Lion intervient contre les vassaux du roi de Navarre, en guerre contre lui. 

Richard Coeur de Lion sépare Bayonne en 1177 de la vicomté de Labourddont la capitale devint alors Ustaritz

 et y perd Bayonne et le Labourd

———————————

Les rois de Navarre ne renoncent pas à la Gascogne et pour cela, ils  comptent sur la rive gauche de la Bidassoa: Sanche VI “ le Sage ” et Sanche VII “ le Fort ” améliorent les fortifications de Fontarabie jusqu’à la fin du XIIe siècle.

En 1130 Alphonse Ier roi de Navarre et d’Aragon et prétendant aussi à la couronne de Castille, envahit le Labourd et y reste 2 ans

Santiago (Saint Jacques de Compos­telle), fondé en 1135.

1149 Acte passé par l’évêque de Bayonne et Sanche de Donnezain, prieur des Bénédictins, avec G. de Zubernoa et B. de Irandatz pour l’érection d’une chapelle paroissiale à l’hôpital de Santiago

De 1337 à 1453, la rivalité entre les royaumes de France et d’Angleterre, vieille de plus de deux siècles, se manifeste par une série de guerres entrecoupées de longues trêves: c’est ce que l’on appelle, improprement, «la» guerre de Cent Ans. Sur ce conflit majeur se greffent des conflits secondaires qui impliquent les alliés des deux rois (Aragon, Castille, Ecosse, princes des Pays-Bas et d’Allemagne rhénane), les papes et, dans la succession des guerres civiles, les grands féodaux français et anglais.

Au-delà des luttes féodales, et même si son prétexte est dynastique,- la guerre de Cent Ans- est en réalité l’expression du premier grand conflit de deux Etats souverains.

Et le Labourd ne fut pas absent de cet éternel conflit. Le déroulement des faits, d’une complication extrême n’offre pour nous que peu d’intêret. Ce qui nous importe c’est de savoir ce qui s’est passé sur notre sol et les conséquences qui en ont résulté.

Appartenant à la Gascogne jusqu’en 1152 notre province du Labourd passa alors sous la domination anglaise, à la suite du mariage d’Héléonore d’Aquitaine et d’Henri Plantagenet ; elle y demeura jusqu’en 1451 Le régime féodal connut peu d’altérations, les relations avec l’Angleterre étant presque exclusivement limitées au versement de contributions.

Après le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II Plantagenêt, en 1152, les terres du Labourd passeront sous la dépendance de la couronne anglaise et elles seront l’objet de multiples intrigues, dont l’un des principaux protagonistes sera le fameux Richard Cœur de Lion, artisan du développement commercial et économique de Bayonne.
Cette influence anglaise dura jusqu’en 1450, quand le Labourd revint à la couronne française, après la signature du traité de paix au château d’Ayherre.

________________________________________________

Le prince noir_Toutefois, on doit mentionner que depuis son arrivée en Aquitaine en 1355, jusqu’à son retour définitif en 1371 pour cause de maladie, il a organisé pendant seize ans une interminable suite de chevauchées, tant contre ses adversaires en dehors de ses provinces que contre quiconque osait contester son autorité sur ses terres. Souvent implacable et brutal, il se conformait néanmoins aux terribles « usages » en vigueur en temps de guerre, savoir pillages, démolitions, ravages, incendies.

1193  La Navarre, en guerre contre lui.Le vicomte de Labourd, Guillaume Raymond, cède ses droits au roi d’Angleterre, Henri Plantagenet déjà devenu duc d’Aquitaine par son mariage

1194 Une bulle du pape Célestin III confirme en novembre que les pouvoirs de l’évêché de Bayonne s’étendent expressément et proprement au val d’Oléarzu à partir de Saint-Sébastien.

La Bidassoa devient la limite sud du duché d’aquitaine-Gascogne .C’est la conséquence de la rivalité entre les ducs     aquitains-gascons et les rois de Navarre avec leurs domaines au nord de Pyrénées et leurs prétentions sur la Gascogne.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Retour au SOMMAIRE                   SUITE 

 **************************

_________

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.